Le seau perçé – Christian Satgé

Petite fable affable

Un paysan va tous les matins à son puits
Où ses deux seaux de fer d’ordinaire s’abreuvent.
Or l’un des deux a une blessure et, depuis,
Des filets d’eau de sa plaie apportent la preuve.
Et, pour cette raison, notre homme s’obligeait,
Dès le lever du jour, à deux ou trois voyages
De plus, perdant eau en route. Sans ménager
Son temps ni ses efforts, malgré le temps et l’âge,
Il désoiffait ainsi maison et potager.
Remisés au pied du puits après leur office,
En jouant de l’anse, en béant de l’orifice,
Comme on se dispute, nos deux seaux discutaient.
Là, celui qui remplissait sa fonction sans faille,
Être intact mais sans tact, toujours asticotait
Son frère, érodé par le labeur, qui défaille.
« Il n’y a de place, ici, que pour qui travaille
Bien et beaucoup. Pas pour qui est bon à jeter ! »
De tels propos blessent alors qu’on vous les baille
À dessein de meurtrir. Mais quand c’est un parent
Qui vous les sert ainsi, c’est plus que déchirant !

Et un matin, le seau troué s’en ouvre au maître :
« Je me sens coupable et te prie de m’excuser :
Je ne puis plus devant toi, décemment, paraître !
– Pourquoi pleurer, ami, c’est chose singulière ?!
– Toute honte bue, va, verse-moi au musée :
Je fuis comme un panier. Et, des heures entières,
Par ma faute, tu vas et viens, à t’en user,
Doublant jusqu’à ce trou tes courses, pauvre hère…
– Tu es bien abîmé, certes, reprit notre homme,
Et même fort rétamé ; tu en souffres en somme
Mais, depuis tant d’années, je ne t’épargne pas…
Ami pansu, c’est vrai que tu perds et ruisselles.
Cela mérite-t-il, pour autant, le trépas ?
Non. Tu ne serviras pas, non plus, de faisselle :
L’eau que tu sues, qui pleut, à chacun de mes pas,
Fait pousser bien des fleurs sous la pluie de tes gouttes !
Ni toi, ni ton frère, ne les ont vues, sans doute.
Ma fille aujourd’hui, et feu ma femme avant elle,
Allant faire, à la margelle, ses ablutions
En cueille des brassées. De ces humbles mortelles,
Elle égaye sa vie, en toute discrétion
Embaume ma maison,… Toutes ces bagatelles,
Qui nous font tant de bien, soit dit en confession,
Ne coûtent presque rien mais rendent nos vies belles…
Mon labeur, seul, ne peut lui offrir ces cadeaux.
Aussi que m’importent mes pas, mes bras, ou mon dos… »

© Christian Satgé – mai 2015

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

455 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires