Le Phare du Chenoua-Brahim Boumedien

Le phare du Chenoua

S’est éteint cette nuit

La nouvelle nous secoua

Au loin, plus rien ne luit

Il s’est éteint le phare

En grande dignité

L’un des hommes rares

Et pleins d’humilité

Que dire quand la douleur

De perdre un ami cher

S’ajoute au malheur

De perdre ainsi le frère

Boubou, ce grand ami

Ce frère exceptionnel

C’est de lui qu’il s’agit

A rejoint l’Éternel

« Ne pleurez pas mes chers

Le durable est ailleurs

Tout est éphémère

Nous sommes de grands rêveurs

J’ai le grand avantage

D’être ici et là-bas

Vous qui êtes sages

Ne me décevez pas »

Tel est le vœu ultime

Qu’il  a formulé

Nous sommes unanimes

À dire oui, à l’adulé

Merci, l’ami Boubou

Pour ta fraternité

Fidèle jusqu’au bout

Dans ta grande amitié

Tu as mené ta vie

Comme tu l’entendais

Ton coeur, tu l’as suivi

Sans jamais demander

 

  1. BOUMEDIEN le 11 janvier 2017.

(Poème, dédié, à titre posthume, à mon ami et frère BOURAHLA Abdelkader)

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

26 vues
Brahim Boumedien

Brahim Boumedien (279)

- Diplômé de l'Ecole Normale Nationale d'El-Harrach - Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle) - Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d'Expression - Ancien professeur à l'ENNET - Ancien directeur de collège. S'occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l'analphabétisme, en particulier)
Site Web : http://pedagotec.e-monsite.com

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires