Le Diable – Anne Cailloux


 

-Eh, il paraît que c’est toi le diable ?
-Oui c’est pour quoi ?
-J’aimerais passer un pacte avec toi !
-Que veux-tu ma belle !
-Justement ne m’appelle pas ma belle ! Il me manque trop de choses. Il me faudrait, être mille femmes pour plaire.
-Tu commences à peine à me parler, que je  ne comprends déjà plus rien. Tu veux quoi et tu m’offres quoi ?
-Je peux te faire une liste ?
-Tu m’as pris pour le père Noël ou quoi! Vas-y on verra, mais je te préviens, je ne suis pas ton seigneur, Dieu c’est l’autre. Pourquoi tu ne lui demandes pas à lui ?
-Il paraît qu’au paradis, les saintes font grèves, les membres de Charly hebdo auraient dessiné sur leurs aubes des trucs, heu !!! comme ils ont l’habitude, tu vois quoi ! Ah j’oubliais, les anges se sont assis sur la mayonnaise prenant cela pour des nuages.
-Ha bon, c’est vrai ! C’est le bordel au paradis !
-Bon Dieu, j’aurais du me douter, mais bien sûr que c’est toi ! Tu n’as rien eu à faire d’autre que cela ! Comment tu es rentré ?
-Je connaissais un certain Joseph, un barbu, qui était charpentier, il m’a ouvert la porte.
-Jésus t’a ouvert la porte du paradis ! A toi le Diable?
-Mais non, pas Jésus, Giuseppe le père de Pinocchio.
-Ha c’était toi le nez qui grandit!
-Et oui ma fille.
-Bon tout ça pour dire que mon seigneur est occupé. Bon, l’humour j’en ai assez sinon je ne serais pas là. Toi qui connais tous les vices pour avoir corrompu l’humain depuis la nuit des temps, j’aimerais que tu me donnes le truc, pour dévier tous les pièges de la vie. Tu vois, un peu comme une lampe qui s’éclaire, ou un rétroprojecteur qui m’envoie un film de ce que pensent ces messieurs.
-Voilà, elle m’a pris pour Audiard. Attends, tu t’es trompée, je ne suis pas producteur de cinéma, ni un ami à Nicéphore Niépce, mais je peux t’aider.
-Quoi vas y ?
-Je t’offre le petit truc qui va te dire : Ou la la , il y a quelque chose de chelou.
-Tu veux quoi à la place ?
-Cinq ans de ta vie.
-Cinq ans de ma vie ? Pour ça ? Non sûrement pas, je veux bien te donner Septembre et Octobre, justement, je n’avais rien à faire. Mais Attends je n’ai pas fini, je veux être irrésistible pour charmer l’homme qui sera dans ma vie.
Le diable s’assoit et ne bouge plus !
-Qu’as tu? Un malaise ?
-Je n’ai pas trouvé le truc encore.. Mais l’homme de ta vie, c’est moi.
-Ton pouvoir baisse, c’est les soldes ou quoi ! Tu fais 30% sur le stock qui reste ? Juste une chose, pour être l’homme de ma vie, il faudrait que tu sois plus palpable, plus… un peu moins… et autant de …
-Chut, tu es trop bavarde, je n’arrive pas à réfléchir, ton seigneur a forcé sur la dose, il s’est trompé dans la recette. Tu me fais sourire toi.
-Je t’explique l’incube, c’est certain que si je me fais draguer par un monsieur de 85 ans, pas besoin de ton truc pour savoir qu’il va être sincère.
-Tu veux quoi encore ?
-Vois-tu cher ennemi, j’arrive a reconnaître le vice chez les autres, mais moi, je n’ai pas cela dans ma conception, j’aimerais bien, un peu de ce truc là, pour repousser la poudre aux yeux de tous ces humains, hommes comme femmes.
-Si je calcule bien, et que je te donne tout ce que tu veux, il ne te reste qu’un mois pour profiter. Toutes tes autres années sont à moi !
-Et les RTT? Et les week-ends ? Et les fériés ? Et les jours de pénibilité, tu en fais quoi, en fin de compte tu es un escroc !
-Je suis le diable quand même, j’ai une réputation à tenir moi ! Attends, je t’aime bien, car je t’ai fait beaucoup de mal, mais quand même.
-Fais moi un cadeau, allez, une fois dans ta vie, redeviens un ange un peu.
-Bon OK, je ne vais rien te donner, je ne peux pas, sinon c’est la débâcle et je suis l’alpha, pas envie d’être détrôné par un démon de pacotille. Mais je vais retirer un peu de ta sensibilité, un peu de neurones, un peu de tolérance et cela devrait le faire. Cela commence maintenant..
-Je ne te dis pas, merci, grâce à toi j’y vois mieux dans tes vices.. et si je peux voir les tiens, je vais voir plus facilement, ceux des autres. Allez vade retro, Satanas je vais pouvoir vendre des glaces aux esquimaux et du sable aux Sahariens.
Monde me voilà..

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

121 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Philippe X
Membre
20 juillet 2018 6 h 49 min

Quel diable d’homme en somme…avez-vous pactisé ?……je suis certain de votre visite et il n’est pas prêt de l’oublier ….le diable en rit encore !

O Delloly
Membre
20 août 2017 23 h 13 min

O être Diable dans ce conte, est assez tentant ! n’est-il pas ?
merci
Oliver

ChanTal-C
Membre
20 août 2017 2 h 03 min

J’aime votre humour Anne !
Le ton de ce dialogue est drôle et enlevé.
Beau moment, Merci
Amitiés

Chantal