Laisse la mer colorer tes vers ! – Ilef Smaoui

Ne laisse pas la peine te marquer
Ne laisse pas la haine te démarquer
Pour que joie puisse te remarquer
Et puisse venir à toi pour t’embarquer

Même si ta tête est pleine de savoir

Elle sera inutile si elle ne verse que désespoir
Change cette encre tellement noire
Le monde a tant besoin d’amour et d’espoir

Ne laisse pas la rancune t’envahir
Ne laisse pas douleur du passé te trahir
Enlève de ton cœur le verbe haïr
Pour que petit bonheur puisse t’ébahir

Laisse ta belle plume se parfumer avec les fleurs
Elle est toujours enrhumée par les pleurs
Même si la vie a été dure avec toi ouvre ton cœur
Pour évacuer dehors toutes tes rancœurs

Même s’il n’est ni facile ni docile ton présent
Il y a autour de toi mille trucs amusants
Il suffit de ne plus avoir ce regard méprisant
Ce regard accusant ton cœur qui est en prison

L’huitre blessée a produit une perle inouïe
Elle n’a pas usé ses larmes pour verser ennuis
Mais elle a choisi d’en faire perle qui nous réjouit
Suis son modèle tu seras sûrement épanouie

©Ilef

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

32 vues
Ilef Smaoui

Ilef Smaoui (1)

Je m’appelle Ilef Smaoui née Gouiaa , dés mon jeune âge j’étais fort romantique , je buvais tout ce qui est poétique , j’ai commencé à écrire mes propres poèmes à l’âge de quinze ans , j’avais cet amour dans le sang …A vingt trois ans mère de deux enfants et une maitrise d’études supérieures à terminer je n’ai pas eu le temps d’écrire mais je continuais à lire énormément …J’ai eu mon troisième enfant je me suis oubliée complètement tout mon bonheur était de l’entourer étroitement …Le jour où il est parti en Russie pour faire ses études en pharmacie une partie de mon cœur était avec lui …Tellement chagrinée la plume a repris la poésie et le premier poème était pour lui …Puis je suis entrée dans le monde virtuel qui a ranimé mon réel , le cœur poète a commencé à décrire son arc-en-ciel et tout son essentiel ….

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires