La rose de ma prairie – Fattoum Abidi

Rose blanche.

sirène moi

La rose de ma prairie

 

La rose de ma  prairie,

Me regarde chanter la vie,

Les oiseaux sont perchés,

Sur l’archet de mon violon ravi.

 

La rose de ma prairie,

Elle est belle comme une fée,

Sa peau est satinée,

Son cœur est parfumé.

 

Elle est blanche

Comme une clairvoyance,

Elle et mélomane comme une chanson,

Elle est silencieuse comme un Morphée en prière.

 

La rose de ma prairie,

Me narre une symphonie,

Humaine où la princesse du fleuve

Apparaît radieuse.

 

La sirène chante

Sous les applaudissements

Des étoiles  magiques,

Et le  vent joue le bel ange nocturne.

 

Soudain ma rose

Plie ses pétales

Elle s’énerve

Et on voit ses yeux se forment en braises.

 

Mon cœur a eu peur de cette fâcherie,

Inattendue et il s’émeut devant cette image émouvante,

Mes yeux se forment en point d’interrogation

Puis la rose répond

 

Dîtes à vos humains de ne pas jeter

Leurs saletés dans notre prairie de gaieté,

Mon émoi est choqué par le ton de la rose,

Il ouvre grand les yeux.

 

Puis il réplique,

Oh ! Ma belle rose ne fâchez pas,

Je tacherai de le dire à mes humains

Car la propreté aide la gaieté de vivre longtemps.

© Fattoum Abidi 30.8.2016.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
Fattoum Abidi

Fattoum Abidi (1)

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
30 août 2016 22 h 10 min

La rose a fait son devoir, elle a donné libre cours à sa fureur, pour nous éviter le malheur de sorte que notre terre demeure vivable. Le jour où elle sera ensevelie par les déchets, le jour où son eau sera polluée, l’humain, à sa propre disparition aura contribué ! Merci, Fattoum, pour ce partage très intéressant !