La bonne affaire – Christian Satgé

Petite fable affable

Le Jacques est Gros-Jean comme devant :
Il avait confié, l’air malin, son pécule
À un honnête marchand de vent,
Ayant du foin dans les bottes, au crépuscule
D’une fin de journée un peu trop arrosée,
Où on parle trop vite et on spécule,
Embobiné de mots, assommé de rosé.
Son hôte était un marchand de bêtes,
Courtier tenant du chevalier d’industrie,
Dépensant toujours gros en courbettes,
Sa bonne mine lui donnait du crédit :
En causant, preste, il sautait du coq à l’âne
Car il n’est pas de petit profit :
Les deux, vendus par lui, rapportaient plus que manne.

Le Jacques avait flairé le filou
Mais n’avait su résister au rire,
Du margoulin mis comme un marlou…
Ni à ses tournées !… Qui aurait pu prédire
Que de boutade en rodomontade, le fat,
Risible, sans vouloir trop médire,
Hameçonnait sa proie sans craindre d’aléas.

Nuit venant, la griserie les gagne
Et notre négociant ivre avoue
Qu’il n’achète rien mais qu’il épargne
Car il est sur un bon… non, “un-très-gros-coup”.
« C’est un secret,… mais à toi je peux bien le dire :…
Demain,… je serai un vrai… cacou…
Entre amis,… on cause… sans rien s’interdire !
Lui murmure tout bas, le marchand,
Paraissant plus saoul que ne le fut jamais moine.
C’est pour cette nuit… Mais, le méchant…
De l’affaire,… c’est qu’il manque un peu d’avoine
Mais j’ai du bagout… et mon futur vendeur…
En rabattra… un peu sur la couenne…
Après tout,… ce ne sont pas tous… des voleurs ! »

Puisqu’on en était aux confidences
Le Jacques susurra, lui, que pour avoir
Du blé devant lui – Sans abondance ! –
Il en mettait de côté… Que ce loir
S’il pouvait lui profiter… Mais surtout pas d’arnaque !…
Non !… Marché conclu… Ah, quel beau soir !…
Depuis, il n’a rien vu ni revu, le Jacques !

Méfie-toi du maquignon roulant carrosse :
Ses poches sont, trop souvent, plus plaies que bosses ;
Et pire : plus il est bonhomme et courtois
Plus tu t’en mordras, tout déplumé, les doigts !

© Christian Satgé – avril 2015

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

25 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires