IN VINO VERITAS – Véronique Monsigny

 

IN VINO VERITAS – Véronique Monsigny

Le vin éveille les sens et endort le scrupule

Il rend le héros lâche et hardi le couard

Qu’on le préfère fort ou allégé de bulles

 Il est  vin du malheur ou celui de la gloire

 

Pétillant de jeunesse ou lourd de nos  ennuis

Il transporte nos âmes et nous ravit l’esprit

Le malheureux y trouve une promesse d’oubli

En  libérant  nos sens il  mène à la folie

 

Folie, pays des dieux où l’homme est sans repères

De l’ivresse dionysiaque émergent les satyres

Qui arrachent le masque des respectables pères

Noient le sourire des mères sous de profonds soupires

 

Mais le sang de la vigne est aussi don de Dieu

Tout autant que le blé il nous donne sa vie

Le blé nourrit le corps, le vin nous lie aux cieux

Le vigneron le broie pour qu’il livre sa lie

 

Oh ! Vino Veritas qui met l’âme à l’envers

En tirant le meilleur autant que le piteux

Tu nous ouvres les portes du ciel et de l’enfer

En révélant nos ombres tu nous ouvre les yeux

 

Buvons avec gaité mais non à la  folie

Il faut boire à plaisir mais non à satiété

Evitons les rivages des bacchanales orgies

Afin  de préserver notre humaine dignité

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
21 janvier 2016 21 h 22 min

L’excès en toute chose est souvent source d’ennuis. Mais prendre “un petit coup” à la santé de Véro, ne peut être que bénéfique. Je dirais même que c’est conseillé pour fêter la consolidation de notre amitié. Je tiens à te rassurer tout de suit, Véro : je n’ai pas le moindre verre dans le nez. Il se trouve simplement que l’opinion d’un poète de la période antéislamique me vient à l’esprit . Il dit , en gros, ceci : “Ne me blâme pas, ami. Le blâme est une tentation à boire. Soulage-moi plutôt par celui qu’on appelle le mal ; sa couleur dorée éloigne les chagrins, à telle enseigne que si une pierre s’en imbibait, elle ressentirait une joie immense…” Alors ?