Du fond de l’oubli – Laurelise Chalzib

    

   Une porte fermée 

   Peut s’ouvrir.

   Coupure puis couture

   La cicatrisation dure

   Une si longue absence

 

   Trace d’effacement, d’effarement.

   C’était sans forçage

   Ni frayage, ni forage

   La porte restait fermée

   Echec de l’indécidable

   Inconsistance du moment.

 

   Du plus profond de l’oubli

   Pour qu’une porte s’ouvre 

   Il faut la fermer!

   Peut-être le silence

   Vaste parure de l’absence

   Voile instable, labile

   S’enroulant, se cognant

   Aura eu raison de la porte. 

 

   Porte secrète

   Sans murmure ni pourquoi

   Sourde au temps qui passe

   Indifférente et lisse.

 

Du fond de l’oubli   Laurelise Chalzib

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

30 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires