Erre-t-il le vagabond – Lucienne Maville-Anku

Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Son chemin le connaît-il
Prend-il garde à son destin
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Attention paie-t-il à rien
Pense-t-il même à demain
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Le brûle-t-il le soleil
Pour lui ne brille-t-il
Brille-t-il le soleil sur moi
Brille-t-il le soleil sur toi
Brille-t-il le soleil sur lui
Brille-t-il le soleil sur elle
Brille-t-il le soleil sur nous
Brille-t-il le soleil sur vous
Brille-t-il le soleil sur eux
Brille-t-il le soleil sur elles
Brille-t-il le soleil sur tous
Sur moi luit-il le ô merveille
De même sur lui veille-t-il
Si impartialement
Le vagabond qui n’est
Et du ciel clément sur lui
Aussi tombe-t-elle la pluie
Son désert n’arrose-t-elle
Mais pour lui tout est-ce rose
Mais pour lui tout est-ce vert
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Son sentier est-il droit
À droite à gauche tourne-t-il
Le mouille-t-elle la pluie
Comme perlent-elles l’herbe verte
Les rosées fraîches du matin
Que viennent-elles rafraîchir
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Sa chanson chante-t-il
Sa dance de l’errance
Va-t-il devant va-t-il à droite va-t-il à gauche
Va-t-il à gauche va-t-il devant va-t-il à droite
Va-t-il à droite va-t-il à gauche va-t-il devant
Et retrace-t-il les pas de sa même danse
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Sa misère la ressent-on
Ce qu’il semble-t-il ne sent
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Bruit du tonnerre n’entend-il
De surdité souffre-t-il
Rien ne voit-il
Rien n’entend-il
Rien ne sent-il
Rien ne perçoit-il
Alors ne fait-il rien
La misère goûte-il
Erre-t-il le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Doux est-il son sommeil
Et l’être toujours peut-il
Erre-t-il le vagabond
À tâtons marche-t-il
Son chemin cherche-t-il
La voie de son destin
Le destin de sa voie
L’une et l’autre connait-il
Erre-t-il le vagabond
Sur lui tombe-elle la nuit
S’éveillent-ils ses tourments
Sans cesse va-il errant
Serait-ce son seul destin
Erre le vagabond
Erre-t-il ça et là
Et va-t-il
Ne se méprendra-t-on
À lui s’en prendra-t-on
Se leurre n’est-ce pas
Qui fièrement croit
Que plus éclairé
Que le vagabond
Il serait et n’erre
Et que tout bien mieux
Il cerne et discerne
Quand il les confond
Sa droite et sa gauche
Devant et derriète
Le clairvoyant à ses yeux
Ne serait-il lui l’errant
Quand à lui e vagabond
Mieux son chemin saurait-il
La route de son sentier
Le sentier de sa route
Tout droit le mène-t-il
Le conduit-t-il à droite
Le conduit-il à gauche
Sa nuit se fait lumière
De son sommeil profond
On se lève d’un bond
Et on voit qu’on est
Qui on ne se croirait
On se voit tel qu’on est
La nuit se fait lumière
Et voilà qu’on renaît
@Lucienne Maville-Anku , 10/06/21, 07 :49
Ébauche de texte
5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

3 vues
Lucienne Maville-Anku

Lucienne Maville-Anku (510)

"C'est en écrivant que j'apprends à écrire."
Je suis originaire de la Martinique, une des charmantes petites iles de la Caraïbe, et vis au Royaume-Uni.
J'écris depuis de nombreuses années, et ce sont les autres, dans un premier temps, qui par leurs nombreux encouragements et appréciations a la lecture de mes textes m'ont aidée à prendre conscience que j'avais des talents à valoriser.
Ce désir d'écrire et de mieux écrire qui niche en moi depuis l'âge de 15 ans n'a jamais cessé d'aller croissant. Aussi, j’expérimente que c'est le fer qui aiguise le fer, et que plus j'écris, plus je désire écrire, et apprends de la sorte à écrire en autodidacte, par le soupir, par le désir, comme un feu qui s'attise.
La Poésie elle-même m'enseigne, j'apprends d'elle et découvre plus de sa beauté et sa diversité en lisant et en appréciant ce que d'autres écrivent et expriment, notamment sur cette plateforme, terrain de partage et d'expérimentations où foisonnent tant de talents qui m'émerveillent. C'est une vraie galerie d'arts uniques.
J'écris et développe cet art d'écrire en cultivant ma relation avec la Poésie, 'bon pédagogue’ qui m'instruit et m'éduque, et l'écriture elle-même qui comporte aussi des vertus thérapeutiques contribue à mon développement personnel. Cependant, j'ai souvent désiré participer à des programmes de formation pour parfaire mes talents et la stylistique.
J'ai compilé déjà plusieurs recueils de textes poétiques que je souhaite "dé-confiner" pour les mettre à profit, partant du principe que ce que l'on partage, on le gagne, et ce que l'on garde, l'épargnant à l'excès, on le perd.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Alain Salvador
Membre
19 juin 2021 18 h 01 min

Nous sommes les vagabonds de nos vies
Dans la nuit ou seule la Lune luit
Nous errons au gré de nos rencontres
C’est souvent une course contre la montre

Toujours il faut être sur nos gardes
La moindre faute et comme une harde
Nos ennemis se jetteront sur nous
Et s’ils le peuvent ils nous couperont le cou

Je ne sais si nous renaîtrons de nos cendres
Seul le Phénix à ça peut s’attendre
En attendant recevez mes paroles tendres
Et lisez mes mots si simples à comprendre

Alain

Colette Guinard
Membre
19 juin 2021 16 h 04 min

la nuit se faisant lumière le vagabon retrouvera son chemin où brillera le soleil !Bon week-end Lucienne