D’une autre saison le temps… – Lucienne Maville-Anku

D’une autre saison

Le temps pour moi est là.

A commencé l’astre à briller.

Et se dissipent les nuages.

Le jour est là.

Et de sa lumière l’éclat

Fait tout lever.

Je me lève moi-aussi.

C’est le moment

De tout re-commencer.

Le jour s’est réveillé.

Il s’est levé.

Il est sur ses deux pieds.

Et je le vois mon rêve réaliser.

Mon désir d’autrefois.

Je ne l’ai jamais oublié.

Je regarde. Et je vois.

Il s’annonce possible.

Pour moi l’aube est éveillée.

Elle a de la nuit voltigé le drap.

Pour un jour nouveau tout neuf.

Il est sur ses deux pieds.

Et je suis là.

Entrain de contempler son mouvement

C’est un re-commencement.

C’est une nouvelle genèse.

Je le vois. Je regarde. Et je le crois.

Il est là. Debout devant moi.

Sans d’un moindre doute l’ombre

Il est bien là entrain de se réaliser.

Mon désir d’autrefois.

Mon rêve jamais oublié.

Ô je le vois. Voici.

Il s’annonce possible.

Je le contemple déjà.

C’est certes un re-commencement

Toute une nouvelle genèse.

C’est un nouveau prélude.

De la vie sans fin un jaillissement.

Oui je le crois. Oui je le vois.

Oui je le vois. Oui je le crois.

Et oui… est un amen.

Et un amen… est un oui.

Il en est c’est-à bien dire ainsi.

Amen. Ainsi soit-il.

Ainsi soit-il. Amen.

Germe la semence de ma foi.

La semence de ma foi est germe.

La vie féconde la mort

S’égaie le désert. Fuit la stérilité

À toute jambe.

La pluie a arrosé la terre.

S’est levé un jour nouveau.

Le vois-je. Le crois-je. Le sens-je.

Les fraîches gouttelettes de la pluie.

Elle est là la rosée.

La rosée est bien là.

De mon chant le prélude.

Fleurit déjà mon champ.

Je la chante alors ma chanson.

Et danse la valse de sa mélodie.

Et de mon cœur le doux chant

Ne m’le volera nullemement rien

C’est pour moi une autre saison

C’est le temps de la moisson.

C’est l’êté de mon printemps.

C’est le printemps de mon été.

C’est tout simplement ma saison.

Je fais ici d’la répétition.

Et c’est aussi une pétition.

Les arbres sont en fleurs.

Partent les abeilles en mission.

Partent-elles toutes en tournée…

Vont-elles et viennent-elles…

Repartent-elles-reviennent-elles…

Et dans la ruche

Est tout en travail.

Brille le soleil.

Le jour regarde.

Et la nuit veille.

Actives sont les abeilles.

Ruissellera le miel.

Tournoie la cruche

….

🪶

@Lucienne Maville-Anku, 31/07/21, 13:00

Espoir…Espérance

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

10 vues
Lucienne Maville-Anku

Lucienne Maville-Anku (507)

"C'est en écrivant que j'apprends à écrire."
Je suis originaire de la Martinique, une des charmantes petites iles de la Caraïbe, et vis au Royaume-Uni.
J'écris depuis de nombreuses années, et ce sont les autres, dans un premier temps, qui par leurs nombreux encouragements et appréciations a la lecture de mes textes m'ont aidée à prendre conscience que j'avais des talents à valoriser.
Ce désir d'écrire et de mieux écrire qui niche en moi depuis l'âge de 15 ans n'a jamais cessé d'aller croissant. Aussi, j’expérimente que c'est le fer qui aiguise le fer, et que plus j'écris, plus je désire écrire, et apprends de la sorte à écrire en autodidacte, par le soupir, par le désir, comme un feu qui s'attise.
La Poésie elle-même m'enseigne, j'apprends d'elle et découvre plus de sa beauté et sa diversité en lisant et en appréciant ce que d'autres écrivent et expriment, notamment sur cette plateforme, terrain de partage et d'expérimentations où foisonnent tant de talents qui m'émerveillent. C'est une vraie galerie d'arts uniques.
J'écris et développe cet art d'écrire en cultivant ma relation avec la Poésie, 'bon pédagogue’ qui m'instruit et m'éduque, et l'écriture elle-même qui comporte aussi des vertus thérapeutiques contribue à mon développement personnel. Cependant, j'ai souvent désiré participer à des programmes de formation pour parfaire mes talents et la stylistique.
J'ai compilé déjà plusieurs recueils de textes poétiques que je souhaite "dé-confiner" pour les mettre à profit, partant du principe que ce que l'on partage, on le gagne, et ce que l'on garde, l'épargnant à l'excès, on le perd.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Michel Leutcha
Membre
2 août 2021 18 h 00 min

La vie qui s’éveille et s’épanouit, et recommence sa randonnée vitale et temporelle ! Merci Lucienne pour le partage.