Du vrai ne discerne-t-on le faux – Lucienne Maville-Anku

Du vrai ne discerne-t-on le faux
Mais évident toujours ce n’est
Indispensable est sa lumière
Du jour n’est-elle celle de la nuit
Brille aussi bien ce qui n’est or
Quant à lui l’or brille-t-il toujours
Pour discerner le faux billet
Il faut très bien connaitre le vrai
Nous affranchit la vérité
Nous rend le mensonge prisonniers
Esclaves dans des entraves d’airain
Du vrai discerne-t-on le faux
Quand on se laisse éclairer
Au cœur de la nuit avertir
Pour n’aliéner son avenir
Rend sages d’êcouter des aînés
Qui par l’usage de la culture
Et par la culture de l’usage
Et leur expérience de la vie
Ont bien appris et réappris 
                         *
Du vrai ne discerne-t-on le faux
Mais évident toujours ce n’est
Indispensable est sa lumière
C’est le Soleil qui nous éclaire
D’un mot doux fait mal la morsûre
De son ami(e) on ne s’en doute
D’un semblant de lumière de nuit
Si notre lampe n’est allumée
Voie de chemin elle ne sera
Clair je verrai de mieux en mieux 
Si dans mon cœur brille la lumière
L’éclat du jour ira croissant
L’ombre des craintes décroissant
Dans mon ici est mon demain
L’or brut que je tiens dans ma main
Le voilent des scories de la peur
Sain garde l’esprit la réflexion
Et le protège de l’oppression
Si l’hier de nuits d’ennuies revient
Alors se dissipe le brouillard
                         *
Du vrai ne discerne-t-on le faux
Mais évident toujours ce n’est
Indispensable est sa lumière
Pour l’entremêlé démêler
Sans se laisser embobinés
Le mensonge est un trompeur
Un serpent rusé constricteur
Qui sait si bien se camoufler
Pour sa proie bien mieux capturer
L’entortiller et l’étouffer
C’est dans sa tendresse qu’il la mord
Là lui injecte son venin
À l’extrémité de la trompe
Trop dure peut être la carapace
Qu’on veille et surveille le malin
De vérité que l’on soit ceints
Que de soi si sûr on ne soit
Pour se croire en sécurité
Éléphant de lui trop certain
Piège et mord la naîveté
                         *
Du vrai ne discerne-t-on le faux
Mais évident toujours ce n’est
Indispensable est sa lumière 
C’est le Soleil qui nous éclaire
@Lucienne Maville-Anku,  25/05/21, 08 :00
4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
Lucienne Maville-Anku

Lucienne Maville-Anku (520)

"C'est en écrivant que j'apprends à écrire."
Je suis originaire de la Martinique, une des charmantes petites iles de la Caraïbe, et vis au Royaume-Uni.
J'écris depuis de nombreuses années, et ce sont les autres, dans un premier temps, qui par leurs nombreux encouragements et appréciations a la lecture de mes textes m'ont aidée à prendre conscience que j'avais des talents à valoriser.
Ce désir d'écrire et de mieux écrire qui niche en moi depuis l'âge de 15 ans n'a jamais cessé d'aller croissant. Aussi, j’expérimente que c'est le fer qui aiguise le fer, et que plus j'écris, plus je désire écrire, et apprends de la sorte à écrire en autodidacte, par le soupir, par le désir, comme un feu qui s'attise.
La Poésie elle-même m'enseigne, j'apprends d'elle et découvre plus de sa beauté et sa diversité en lisant et en appréciant ce que d'autres écrivent et expriment, notamment sur cette plateforme, terrain de partage et d'expérimentations où foisonnent tant de talents qui m'émerveillent. C'est une vraie galerie d'arts uniques.
J'écris et développe cet art d'écrire en cultivant ma relation avec la Poésie, 'bon pédagogue’ qui m'instruit et m'éduque, et l'écriture elle-même qui comporte aussi des vertus thérapeutiques contribue à mon développement personnel. Cependant, j'ai souvent désiré participer à des programmes de formation pour parfaire mes talents et la stylistique.
J'ai compilé déjà plusieurs recueils de textes poétiques que je souhaite "dé-confiner" pour les mettre à profit, partant du principe que ce que l'on partage, on le gagne, et ce que l'on garde, l'épargnant à l'excès, on le perd.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Arnaud Mattei
Membre
29 mai 2021 6 h 45 min

Le vrai, le faux, frères siamois de nos tourments. Merci Lucienne

Alain Salvador
Membre
26 mai 2021 9 h 05 min

Prêcher le faux pour savoir le vrai… Cela se dit plus qu’il ne s’écrit. La curiosité n’est pas un acte avouable.

Et si notre vérité était dans le mensonge des autres ? Cela nous arrangerait bien !

“notre vérité dans le mensonge des autres” 🤔. De quoi méditer sur soi…
(3 p’tits points de suspension)