Déchaînement – Christian Satgé

Un cri, lointain, se noie par les creux et les crêtes,
Houle et mouettes se disputent, ce matin.
Le trône vaquant du silence écrête
Les vagues parties à l’assaut d’un ciel sans tain.

La mer n’est que fougue, lames, brisants,… qu’arrêtent
Des minéraux muets, chahutés, bousculés,…
Jusque au tréfonds de leurs racines acculées.

La voix du vent rugit, rageuse ou plainte rauque.
Les embruns rabattus par la brise vont brûler
Les landes soumises, éroder les bicoques,…

Déjà la plage n’est plus qu’un sombre décor
De rocs où ressac et sac sont coups sur l’enclume.
Là, sous des algues, drap en dentelle d’écume,
Tête posée sur un rocher rougi, un corps.

© Christian Satgé – septembre 2017

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

43 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
ChanTal-C
Membre
29 mars 2018 18 h 48 min

Superbe poème !
Merci Christian pour ce tableau vivant…
Amicalement

Chantal