Chienne de vie – Christian Satgé

                                                                                                                    Petite fable affable

Un toutou quelque peu cabot
Se plaint du sort qu’on lui réserve :
« Pourquoi supporter au jabot
Ce collier qui sangle ma gorge ?
Pourquoi faut-il que je les serve
Pour avoir une pâtée d’orge
Mélangée d’abats avariés ?
Pourquoi faut-il que l’on m’enchaîne
À la souche d’un vieux poirier ?!!
Me voilà sonnette et cerbère,
Jusqu’à une sortie prochaine
Mais sans espoir qu’on me libère.
Pure race, je dois mendier
Leur affection et ma pitance.
À servir je dois me dédier :
Berger ou chasseur en campagne,
Tout en constance, en assistance ;
Gardien en ville, où c’est le bagne !
Est-il quelque lieu où le chien
N’a pas à rendre de service
Pour être nourri mieux que bien
Et apprécié pour ce qu’il est ?! »
Un chat siamois, tout en vice,
Entend ce qu’il articulait.

« Il y a, dit-il, à se plaindre
D’être aussi maltraité que toi
Et, comme tu le fais, de geindre.
Dans mon pays, là-bas, au loin,
Tous les chiens ont le même toit
Que leurs maîtres, bercés de soins.
Ceux-ci grassement les nourrissent
Sans jamais rien leur demander
Et cèdent même à leurs caprices :
Nul chien ne chasse ni n’aboie
Chez moi et nul n’a à garder
Ni bête, ni homme, ni bois ! »

Et sur la foi de ces paroles,
Le chien se voit déjà servi,
Sans avoir à tenir de rôle.
Donc il s’enfuit sans que personne
Rien n’en sache, hors le chat ravi.
Il part sur la côte bretonne
Et s’embarque pour ces pays
Qu’on lui a dit paradisiaques
Où il vécut comme on lui dit,
Grossissant comme oison s’emplume.
Enfin, il fut bien servi quoique…
Avec du riz et des légumes !

Les demi-vérités nuisent toujours bien moins
Que les desseins de qui nous les sert. Et de loin !

 

© Christian Satgé – juillet 2011

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

49 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
6 janvier 2019 21 h 19 min

Merci Christian, je suis fan de tout ce que vous écrivez et de cette histoire aussi, les animaux, c’est bien mieux que les hommes, regardez ce chat, sur le dos du chien , voilà l’universalité .Bonne soirée.

Ouzag Djamel Eddine
Membre
6 janvier 2019 13 h 47 min

Si peu de votants, pour un si beau texte, c’est bien étonnant, de nos jours ce sont les belles choses qui n’ont point d’admirateurs; Enfin je tiens à vous dire tu as bien l’âme de poète, mes amitiés.