En attendant l’orage – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Des fourmis firent un tas de tout petits cailloux.
Leur labeur en fit une termitière
Qui, sans cri ni youyou,
Se mua en colline altière.
Sans répit, laborieuses, elles bâtissaient
Ce qui devint montagne.
À voir leur œuvre, les Cieux se sont courroucés :
Quand ces folles s’étaient mises elles-mêmes au bagne,
Ils les avaient négligées, s’en étaient moqué.
Mais vouloir les atteindre était inadmissible,
Tant ils aiment à régner sur des plaines marquées
Qu’ils écrasent de leur puissance inaccessible.
Aussi fallait-il, vite, un châtiment
À l’affront. Ils devaient déchaîner leur colère
Et montrer à ces insignes comment
On punit le vermisseau qui se veut phalère.

Les Cieux sont aussi ombrageux que ces Puissants
Qui, l’ambition de plus humble méprisent,
S’irritant aussi de sa réussite et, en passant,
Lui feront lâcher, au plus vite, prise…

Ô Cieux odieux,
Ô Dieux ocieux,
Craignez, dès aujourd’hui, la révolte des cloportes :
Vous pouvez toujours tonner, leur nombre l’emporte !

 

© Christian Satgé – janvier 2012

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

27 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires