Une nuit des beaux jours – Christian Satgé

Cycle toulousain

 

Mon ami, toi qui es aveugle aux ciels changeants,
Sourd aux aveux du vent, sais-tu plus engageant
Que ces heures estivales on ne peut plus tardives,
Qui, aux lueurs d’incendie du couchant, survivent ?!

Ça bourdonne et chuinte sans discontinuité…
Au milieu des murs ruinés aux mûres fruitées,
Une promiscuité de murmures s’ébruite :
On croasse, on fourmille, on grésille, on stridule,…
Roulant sa rumeur dans les souffles qui s’annuitent,
L’habile écho de ce babil, seul, se module.
Chuchotante et bruissante en son exiguïté,
La male humeur du rû est sans ambiguïté…

Mon Midi à minuit bruit à demi, frémit,
Cricrite, craque ou croque,… Viendra l’accalmie
Dans l’éther lourd où court l’écho sourd d’une cloche ?
Roseaux jaseurs, osiers causeurs se font fantômes ;
Un brin de bruyère se brise et s’effiloche ;
Là, on fouille, on gratte ; ça couine dans les chaumes.
Soudain l’air susurre, frisson ou friselis,
Se froisse au frôlement d’ailes qui se déplient.

Loin des étreintes du bitume et du béton
Enfantant la mort dans des brumes de laiton,
Loin des cris qui grincent là où crissent les craintes,
Sous leurs ciels de lit où des infinis scintillent,
Au-delà des plantées de platanes d’astreinte,
Ces nuits d’été sont mon adresse et mes Antilles
Jusqu’à ce qu’un matin paresse à l’horizon,
Éteignant de son feu tous les tons du gazon.

Mon ami, toi si négligent aux ciels changeants
Comme aux aveux du vent, fais-toi plus diligent
Envers ces sons que le silence a pour convives,
Mélodies fugitives ou harmonies furtives…

 

© Christian Satgé – novembre 2011

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

21 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires