Les Miraculés – Val Reval

Cognent les pensées aux portes rebutantes de la contradiction

Une seule verra la nuit comme la grâce d’un jour neuf

Celle qui saura faire front à l’ennui des stériles guérillas

Menées en solitaire par nos tristes ennemis

 

Ils sont venus ces fous affamés quêtant leur part de pitance

Hurleurs possédés tyranniques rabattant la misère

Un silence soudain jeta un froid sur leurs paupières

Tranquille une silhouette paisible les regardait dans l’ombre

 

Fraîche lune que devance la lumière du matin

Aux cris de sauterelles apeurées par le bruit des voitures

Fraîcheur que lentement épuise la venue de l’aurore

Une goutte surprend une pluie hésitante à pleurer

 

Ils se sont tus tête basse un soupir dans les mains

Leur voix éteinte brisée en une prière d’espoir

A l’innocence sauvée ils commençaient à croire

Par la fenêtre une statue muette s’était mise à danser

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

29 vues
Val Reval

Val Reval (49)

Ecrire est pour moi une urgence qui se manifeste à toute heure.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires