Le mutisme d’une mère – Mohamed Ghanimi

Elle rêvait d’un ciel propre à elle
Elle était fiévreuse et heureuse
et presque toujours menteuse
Son cœur et son âme danseuse
étaient bellement cruels
***** *****
Elle n’avait ni père ni mère
Elle était là sans aucune raison,
sa présence perturbait les saisons,
ses errances ornaient l’horizon,
où dansaient mer, air et terre.
***** *****
Un jour, elle rencontre le fatal
il avait un sourire tendre et brutal,
un regard céleste et sentimental !
un apparat ingrat et joliment trivial
et quelques signes d’une vie banale.
***** *****
Elle était naïve et d’une belle apparence
Elle aimait son jeu et ses souffrances
puisque seule, elle usait ses sens
pour adorer et abhorrer les clémences,
de sa présence et ses absences,
de son destin absurde et sa future enfance
***** *****
Maintenant, toujours belle et son cœur nu,
elle marchait dans le sillage des ennuis
Je suis son appui et son produit fortuit
Je suis, en effet, ce qu’elle suit.
Nos joues ont des larmes inouïes
et sur mon cœur, sur le sien aussi,
le malheur trace le désarroi de quelques belles nuits

.

©Mohamed Ghanimi – 27/08/2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

102 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
27 juillet 2018 18 h 14 min

Merci pour cette belle introduction !
Nous avons hâte de découvrir vos autres textes.
Bien à vous,
Alain