F r a c t u r e – Christine Videlaine

F R A C T U R E

Il n’y a de fracture que l’espace d’un écart
Allongés dans l’herbe
“Plus que jamais” n’accuse aucun retard

Le face à face un instant s’est prolongé
Au soleil brûlant
Le processus
De recomposition
De la peau
S’est engagé
Vaine discussion pour conclure qu’au fond
Rien n’a changé

Les ennemis ne sont jamais tapis dans l’ombre
Les discours sonnent aussi creux que les heures sombres
Tandis que devant toi je ferme les yeux et je sombre

Entente tacite que rien ne scelle
Enfants perdus dans un jardin de pierre
Où il n’y a que malentendus
Coupures
Chemins à peine
Entre
Vus

D’une main on prend ce que l’autre ne cède
Coups de coeur et coups de sang
Sans fin se succèdent

Mes mains, vides

         près de tes genoux

                À pleine gorge
                             L’eau glacée de tes yeux
               Aphone
Je bois
             Sans pouvoir crier
Debout, enfin

                      J’abandonne

.

©Christine Videlaine – 06/08/2018

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires