Choisir sa poésie – Colette Guinard

CHOISIR SA POÉSIE

Six pieds,dix pieds, douze pieds
Quelle importance à cela
Pour les poètes d’aujourd’hui
L’importance c’est qu’elle reflète
Nos rêves, nos intentions. nos utopies,
Alors assez pour moi, de tels tracas.
Pour avancer dans l’ avenir en conquête.
Adieu les discours les blablablas.

Plutôt partager nos manuscrits , nos sentiments
Noircir à l’encre bleue si lumineuse
La page immaculée où nos récits
Et cette écriture légère , si vaporeuse
S’inscriront telles des étoiles au firmament
Dans l’immensité de ce bleu , du ciel
Où j’aimerai voir se dessiner un arc-en-ciel.

Qui couvrirait de couleurs notre conscience
Pourquoi devenir savants ,ou cultiver la science
Devrons -nous prendre des cours
De correction académique
Alors que la poésie est si magique .
Dénudée et non sophistiquée.
Puisqu’à elle seule ,elle se suffit.

La poésie traversera , en conquistador.
Les siècles, les années pour nous accorder
L’inspiration et le plaisir d’écrire encore et encore
Mon esprit vagabonde entre toutes ces allégories
De tous ces poètes qui enrichissent celui-ci
Leurs manuscrits me nourrissent d’un savoir
Où chacun d’eux ont pris sur moi le pouvoir.

De me nourrir ,m’enchanter,me rassasier
Ces poésies , si souvent voyageuses
Tantôt boudeuses ou amoureuses
De leurs doux mots et de leurs écrits.
Elles seront là et vivront éternellement
Pour tous les poètes que vous êtes au fils des ans.

Texte de Colette Guinard

4.5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

13 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (432)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Alain Salvador
Membre
5 avril 2021 11 h 58 min

Mon. Amie, vous avez raison car la poésie c’est surtout la liberté.
Les règles s’imposeront d’eux-mêmes par ceux qui la manient