Aymane Semmid : Une crise de lecture existentielle chez les marocains

 Une intervention brillante de la part de l’écrivain Aymane Semmid vue l’état et la circonstance de la lecture au Maroc. Cette crise de lecture insoutenable chez les marocains non seulement ce pays métisse mais heureusement puisé dans sa culture mais le Maghreb en général. Une crise financière ? Non un livre ne coûte pas cher ! Alors ? L’écrivain et le poète Aymane Semmid a son avis :

-Tout simplement c’est une crise d’adolescence, une crise de transition, une nouvelle génération de technologie, de l’internet, du livre numériques, du manque de lecture, d’enthousiasme, de la s’enhardissant, du curiosité, une crise de manualité et de faire obliger la personnalité….

Une crise de manualité ? Jamais entendu ! Alors ce personne n’est sûrement un psychologue, un philosophe, un  écrivain qui nous parle.

-Et alors la solution ? 

-Jamais ! Tant qu’il n y a pas un amour éternel de la part d’autres et non pas par des mots vers la lecture quel que soit arabophone, francophone et hispanophone, la lecture sans doute sera dans un coin dans la rue à cause de manque d’intérêt.

-Bien dit ! Un mot pour eux ?

-Rêvez-vous ! Lisez-vous ! Lis tout ! Ne cesse pas de lire ! Bouquez –vous ! C’est honte !

Et la lecture qui compte et l’écrivain nous raconte :

-Je sors dans la rue dans un quartier très populaire,  je trouve un monde dans sa façon de parler me faisait honte, je le supplie de lire, de l’encourager et d’écrire et le téléphone sonne et ne cesse pas de surprendre. Trnn ! Des messages sur Facebook et d’autres…Des femmes belles et charmantes cherchent à quoi s’épuiser avec ses ennuis en sortant la nuit se discutent et se promènent. Je pose la question. Pourquoi vous n’avez pas terminé vos études ? Cela va tellement la choquer. Alors  je me tais. Je partage mes écrits avec ma famille, Ils me disent  Eum ! Eum ! Eum ! Puis je les questionne de quoi-t-il s’agit ? Il s’en va. Il le trouve ça nul. Des jeunes, mes amis et mes collègues ne savent même pas lire et même pas écrire. Une crise financière pour la lecture peut-être est un barrage entre le lecteur et son livre. Je les demande : Combien as-tu eu ? Il me dit avec fierté : Hamdollah 10/20.la note moyenne. D’autres moins, et quand on les demande : Que fais-tu dans le futur ? Un joueur , un menuisier, un pêcheur, mon père est riche donc je travaille avec lui…Je pleure une inconsolable douleur pour eux .Vraiment ça me touche au cœur. ! Des qui jouent et s’amusent et quelque chose d’alphabet, ils ne les savent même pas. Comme on dit ‘Un esprit d’enfant’. À qui la faute ? à leurs parents ? à l’école ?à l’environnement ? Mais surtout à eux. Manque de désir. Leurs mamans l’oublient avec les travaux de la maison. J’ai vu mes amis se bagarrent et puis je pose la question. C’est quoi l’intérêt ?Je passe sur la chaussée des cafés de notre ‘Hey’. Une foule de gens  attendent  le but avec un grand cœur. Des gens, des jeunes, des jeunes…Une odeur d’ivre et d’alcool…C’est quoi ce but de les regarder ? ‘’Rejaillir les yeux’ comme ils disent. Même ma sœur ne lit pas. C’est quoi  ces gens ? De quel genre êtes-vous ? Par contre il y a des gens qui lisent. Je passe pour voir ma grand-mère et aussi mon grand-père, je vois des connaissances ou des filles du ‘Derb’ sous leurs mains un téléphone. Je supplie dieu et je le vénère de les voir un jour qu’ils portent un livre et un dictionnaire. Malheureusement ils ne les font pas. Je vois mes amis jouent au foot et moi je lis. Mes autres amis jouent sur l’internet, des jeux vidéo qu’ils vont mettre fin à leurs études et leurs vies. Ils croient que d’être scientifique est le meilleur et c’est le contraire. Même des scientifiques lisent .Et alors ?à la fin d’année, une régulation dans leurs notes ! Ils viennent avec toute confiance en soi et mentent. Et d’autres cachent leurs notes pour leurs parents. Et d’autres aussi avec joie et gaieté je les souhaite une bonne chance ! La majorité croit qu’ils savent bien s’exprimer en français. Et alors ? Aucun commentaire. Quelle tristesse ! Des jeunes d’un autre ’Derb’ faisait leurs forces et viennent. Un film d’action et de misérables. Je connais des gens, lls travaillent dans ‘Cablage’ un nom surnommé pour une société. Ils travaillent la nuit, dans des conditions dures… Je me promène dans ‘Taghiz ‘ je vois des couples qui s’embrassent…Quel niveau de stupidité ! ça fait vraiment plaisir de me surnommer le poète comme une idole dans le ‘Derb’.D’autres hypocrites je les connais, ils se cachent derrière les conforts. Ça fait énormément plaisir ! Leurs mamans sont alphabétiques. Qui vont l’éduquer ? Je les aide un peu, mais jusqu’à quand ? Quotidiennement, une bagarre entre les femmes, des choses dérisoires et nuls. La lecture  comme je t’ai dit est absente. Et alors ! Comment la rendre présente ?

Une histoire touchante ! N’est-ce-pas ! Un dernier mot :

-J’espère avec un grand cœur aux gens surtout à mes proches de s’intéresser à la lecture car elle est une  une activité psychosensorielle qui vise à donner un sens à des signes graphiques recueillis par la vision et qui implique à la fois des traitements perceptifs et cognitifs. Ainsi L’efficacité de la lecture dépend de deux voies de traitement de l’information, qui coexistent et se complètent mutuellement : l’identification des signes ou mots écrits et l’accès au son de ces éléments. ,

20160204_205958Merci à vous !

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

17 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Zahia Eliker
Membre
25 juillet 2016 20 h 24 min

Durant la période des années 1970, le système a opté un projet d’une politique de l’alphabétisation et une ouverture pour une éducation en générale. Une extension des écoles ainsi des universités, des salles de documentation dans chaque département. Les gens s’intéressaient à lire et les vieux lisaient des journaux dans les cafés et on offrait des livres pour des amis car il y’avait un modèle à suivre.
Durant les années 1990, un changement géopolitique a barbouillé le système.
On commence par toucher le travail (augmentation de chômage), fuite des intellectuels, le prix du pétrole baisse de plus en plus et inflation de mode de vie ; tous ses facteurs ne laissent plus les gens à lire, plutôt ils vont chercher à faire du bisness qui est maintenant très encourageant.
Le modèle actuel est général, on ne parle plus d’une construction d’une société civilisée. Et, comme ça, c’est plus facile à modeler une population comme prévoit le système.