13. Ouarda Baziz Cherifi – “Différents mais frères”

Différents mais frères,

Quatre saisons font l’année.
A chacune sa couleur, son humeur et son décors.
Elles se suivent, se parlent, se touchent animées
Par leurs parfums singuliers subtils et si forts.
La vie est faite d’hommes, de femmes et de destinées.
A chacune ses douleurs, ses raisons et ses torts.
Des hommes et des femmes conçus pour s’aimer
En unissant leurs âmes et leurs corps.

Alors, pourquoi tant de fleurs fanées,
Et de jardins inarrosés , stériles et morts,
Qui déshumanisent la vie pour l’endeuiller,
Et la martyrisent à chaque route qu’elle arbore,
Telle une damnée,
Elle qui était une rivière d’or,
Qui jouissait de sa beauté innée,
Entourée par son sable chaud que j’adore ?

Alors, moi je suis triste et peinée
De voir tous ces humains sombrer dans le désaccord,
Sous tout ce glas qui vient sonner,
Sur tous les ports,
Partout dans ce bas monde ruiné,
Par tant de mépris et de mauvais sorts.
Et, je veux saisir mon amour de la vie pour le donner,
Et prier pour un nouvel envol, un nouvel essor.

Tous les hommes naissent égaux.
Qu’ils soient blancs, noirs, grands ou petits,
Ils ont au fond d’eux quelque chose de beau.
Qu’ils soient riches, pauvres, d’ailleurs ou d’ici,
Ils ont le pouvoir de rebondir des maux,
Pour que chacun ait le droit à la vie.
Pour que cette vie connaisse le renouveau,
Sans ses détresses et ses cris.

Nombre de Vues:

8 vues