Septembre !! _ ILEF SMAOUI _

Septembre tu sais que je suis franche
Je ne dirai pas à lundi tu es dimanche
Alors voilà oui je te trouve le mois le plus lourd
Mais dieu merci j’ai vécu tes trente jours

Septembre tu as été généreux tu as apporté une bonne pluie
La terre avait très soif et avait besoin de cette eau inouïe
Voudrais-tu bien m’excuser si je ne peux jamais être hypocrite ?
Voudrais-tu aussi accepter ces quelques lignes pour toi écrites ?

Septembre tu vas nous quitter comme chaque année
Je ne t’ai pas bien accueilli et je te demande de me pardonner
Avant de te dire au revoir ou peut être adieu
Je voudrais préciser que j’ai apprécié tes chants mélodieux

Septembre tes dernières heures je te vois les décintrer
Et comme toujours tu vas partir laissant octobre entrer
Septembre tu es prés de finir et je te dis quand même
Merci pour tout et gardes en souvenir ce modeste poème

14479753_1276955782368380_6301635390202745985_n

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

29 vues
Ilef Smaoui

Ilef Smaoui (1)

Je m’appelle Ilef Smaoui née Gouiaa , dés mon jeune âge j’étais fort romantique , je buvais tout ce qui est poétique , j’ai commencé à écrire mes propres poèmes à l’âge de quinze ans , j’avais cet amour dans le sang …A vingt trois ans mère de deux enfants et une maitrise d’études supérieures à terminer je n’ai pas eu le temps d’écrire mais je continuais à lire énormément …J’ai eu mon troisième enfant je me suis oubliée complètement tout mon bonheur était de l’entourer étroitement …Le jour où il est parti en Russie pour faire ses études en pharmacie une partie de mon cœur était avec lui …Tellement chagrinée la plume a repris la poésie et le premier poème était pour lui …Puis je suis entrée dans le monde virtuel qui a ranimé mon réel , le cœur poète a commencé à décrire son arc-en-ciel et tout son essentiel ….

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
30 septembre 2016 22 h 46 min

Septembre, chère amie, est partie la tête basse et la queue entre les deux pattes, déçu par tes adieux qu’il espérait plus affectueux. Cette dureté ne te ressemble pas, Ilef,.. À moins que des contrariétés dont il n’est pour rien, se soient passées pendant les trente jours de sa durée ; mais là, il faut faire la part des choses. Certes, tu le remercies pour la pluie qu’il a apportée et pour ses chants mélodieux : il devra se contenter de ça, le pauvre ! merci, chère amie, pour ce sympathique partage !