Prisonnier de l’amour – Yvon Gutierres

PRISONNIER DE L’AMOUR…

 

Chère et douce amie, les larmes de votre plume

Ont fait vibrer mon cœur et caresser mon âme

Que mes yeux, à vous lire, se sont voilés de brume

Tant vos mots furent perlés d’amour et de flammes…

 

-Je sens tant de tristesse…

 

Ma douce, mon aimée, j’ai grand mal pour vous

De vous savoir ainsi, tout mon sang n’est que glace

Lui qui brûlait mon corps à me mettre à genoux,

Dans l’attente brûlante, que mes bras vous enlacent…

 

-Je suis trop loin de vous…

 

L’impatience me tue, bien plus que ma blessure,

Mon être est en douleur à connaître les vôtres

Chaque mot du billet devient une morsure.

Moi qui avais cru, que ça n’arrivait qu’aux autres…

 

-Ma tendre poétesse…

 

Vous qui savez Madame mon secret, mon tourment

Qui freinent mon envie à frémir près de vous…

Je sais la solitude, pour avoir fait serment

De servir à cet ordre qui se dresse entre nous

 

-Aujourd’hui je l’avoue…

 

Aucun homme, aucun Dieu ne tueront mes pensées

Et je ferme les yeux afin de mieux vous voir,

Sans qu’aucun interdit, ne viennent agresser,

Votre bien doux reflet, que rêve mon miroir…

 

-Et c’est avec noblesse…

 

Qu’à vos pieds, je dépose mon épée et ma vie.

Le chevalier errant n’est plus l’homme asservi

Il se meurt à jamais, mais pour elle il revit

Afin de partager l’amour inassouvi…

 

Yvon le 07/01/2013

amour_2

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

9 vues
Yvon Gutierres

Yvon Gutierres (31)

Ancien ouvrier chaudronnier, il me plaisait de donner une vie au métal, lui insuffler un mouvement, il m’arrivait parfois pour ne pas oublier une phrase, un quatrain d’écrire à la pointe à tracer sur une feuille de métal. J’ai quitté l’école très tôt pour travailler et aider mes parents. Ayant quelque problème avec la langue française, je me suis mis à lire et à aimer la poésie et aujourd’hui je suis heureux d’avoir pu faire éditer mon premier recueil de poèmes chez Edilivre qui me permet de faire partager mes bonheurs, mes amours et mes angoisses.
Je n’ai hélas guère le temps de m’occuper de la promotion de mon recueil, je suis un vieux monsieur débordé, j’ai du mal à finir mon deuxième recueil de poésie et le livre que j’ai commencé, il y a dix ans.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires