“Polaroid” – Alexandre Alpeyrie

Aujourd’hui le ciel est blanc
Immaculé
Le sol est blanc
Aussi
Tout à l’heure, le ciel sera noir
Et le sol éclairé un peu jaune
Les arbres sont des squelettes couchés sur un drap
Aucun son
Le goût de l’air me manque
Le frisson parcourt ma peau
Il fait un peu froid
Quelques noirs corbeaux
Fendent la bise
Et se posent
Sans bruit
Ce n’est ni tout à fait le jour ni tout à fait la nuit
Tout dort jusqu’à mon corps engourdi
C’est l’hiver, compagnon de l’ennui
C’est la mort qui succède à la vie

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

42 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
12 juin 2017 21 h 32 min

texte poétique emprunté de nostalgie et douleur
mais délicatement composé,
Même l’amertume est séante, le touché est romantique et imagé
quelque part laissant au lecteur un ressenti !

Cependant, mon avis est que tu dois le changer de thème :
dans TexteP (Texte poétique) plus approprié

Cordialement
Oliver