Les Aïeux – Basile Béranger Chalei

Tous perdus dans leur temps
Qui s’efface et repart
A ne pas en finir
De vivre leurs retards
Tel de vieux revenants.

Je vais pouvoir sortir
En parcourant leur vie
A ne plus en finir.
Leur regard me sourit.

Comme eux j’irai mourir
Les dédales du Temps
Qui s’efface et reprend.

Basile Béranger Chaleil

Le 10 Juillet 2003.

3 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

27 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Stéphane
Membre
20 février 2019 22 h 58 min

“J’irai mourir les dédales du temps”, cette image est très bien trouvée. Merci, pour ce beau texte.
Amitiés, Stéphane

Béatrice Montagnac
Membre
20 février 2019 13 h 43 min

simplement beau ce texte douce journée à vous