L’enfer – Marcel Charlebois

Ce n’est pas la flamme qui alimente les ténèbres

Ni la chaleur humaine qui un jour l’engendra.

Dans le quotidien ce sont les petites choses, les pègres

Qui se nourrissent d’une joie de vivre qui n’existe pas.

 

Il vous torture ce qui reste d’une vie délabrée

Attendant son âme en dégustant sa conscience mortifiée

Par les quolibets et les sornettes de l’être aimé qui rigole

De sa déchéance impromptue et du peu de vie qu’il racole.

 

En enfer le temps n’existe pas. Tous se battent et s’abattent

Dans une cacophonie incommensurablement malfaisante,

Audible à travers les âges et ses ombres si complaisantes.

Du mal qui triomphe du bien que toujours l’on tourmente.

 

22 mars 2009

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

11 vues
Marcel Charlebois

Marcel Charlebois (75)

J'habite au Québec, à Montréal plus précisément. Né en 1957, j'ai découvert à l'âge de quinze ans mon amour des lettres. J'ai alors tout balancé, les cours de maths, la physique, la biologie et la chimie pour consacrer tout mon temps à la lecture. J'ai depuis, comme vous le constaterez fait mon chemin dans cette vie empruntée aux aléas des caprices qui en contrôlent l’existence.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Lucienne Maville-Anku
Membre
20 juin 2021 22 h 16 min

Le propre même des escrocs, des fripons…des voleurs…c’est de vous épier, de vouloir subtilement “vous voler vous”, de vous cribler, de vous saper le moral et de vous saturer dans votre désert déjà brúlant…convertissant votre terre à vous en mottes…de pierres. Qu’on dise : non !

Et on invite une tendre pluie.
On invite la rosée du ciel.
Une pluie de printemps
Comme un baume pour la terre
De cœurs blessés et meurtris
On invite la rosée du ciel
De clémence qui arrose
Les mottes de terre attendrit
On invite la pluie de rosée

“La lumière a de l’avantage sur les ténèbres…”
Triomphe du mal le bien…ultimément