Un voyage de port en port – Lazhar Djaballah.

Un voyage de port en port.

Je prends ma valise,
Je voyage et j’explore
Je quitte mes oasis.
Je prends le moyen de transport
Avec des liasses de devises.
J’arrive au port
J’ai mon passeport,je suis à bord
Je pars sur Venise.
Je visite encor
En Italie,la tour de Bise.
Puis le pays des matadors.
Et je mets vers les Marquises.
Ces îles trésors.
Où la mer et la brise
Le luxe et le confort
S’immortalisent.
La faune et la flore
Ont de l’emprise
Sur mon âmes et mon corps.
Dès que j’avise
Les Norvégiens fjords,
Les glaciers,les banquises
J’ai des frissons au corp.
Le froid m’enlise.
Je quitte le nord.
Je m’embarque pour une nouvelle reprise.
Vers la chine et ses trésors.
O ! Quelle évolution acquise.
J’admire sa muraille et ses forts
Je flâne à ma guise.
À Shanghai en est,Pékin au nord.
Certes, son rêve se matérialise.
L’Iran et son tapis persan et le tchador.
La Turquie qui m’a fait surprise.
Enfin,je prie Dieu et je l’implore
Dans trois mosquées qui symbolisent
L’islam et le décorent
Mecque,Médine, Jérusalem qui se martyrise.
J’accède à l’Égypte par Said port.
Je visite les pyramides de gize
Je rencontre ses artistes ténors.
Finalement,à travers Tuniz.
Je rentre chez moi, à bord
D’une belle Mercedes métallisée grise.
Sur le capo, je mets notre drapeau tricolor.
Le vert,le blanc et le rouge qui symbolisent
La paix,la fertilité et le sang des morts
Dont les âmes pérennisent.
Je voyage et j’explore
Et je retourne aux oasis.
Lazhar ben Djaballah.
Touggourt.Algérie.
16/08/2017.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Lazhar Djaballah

Lazhar Djaballah (66)

Je suis poète amateur. Amoureux des vers. Les miens sont un peu sous la hauteur. Je lis les romans et les œuvres littéraires J'aime beaucoup les fleurs, Les jolies filles aux beaux yeux verts, Les brunettes charment mon cœur. J'aime les voyages et l'amitié sincère. J'habite au milieu des grands déserts. Dans les oasis au climat sec et chaleur. El-Oued et Touggourt, mes villes chères. J'étais élève et maintenant professeur. Quand j'était enfant,j'avais tant souffert, Des séquelles d'une médicale erreur. Je claudique par un steppage sévère. Une paralysie des membres inférieurs. Ma chère mère existe après cher père. Mes quatre beau-gosses sont rêveurs. Moi et mon épouse,nous sommes fiers. Je suis citoyen respectant les valeurs. Ni riche ,ni pauvre,mais j'en suis fier. Musulman,croyant,n'ayant pas peur. De ceux sous-estimant mes caractères. Lazhar ben Lamine Djaballah. Touggourt.Algérie. Poète des Oasis.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires