Il est une montagne – Yvon Gutierres

               IL EST UNE MONTAGNE

-Il est une montagne, qui se noie dans tes cieux.

Tu voudrais la gravir avant d’être trop vieux.

-Pourquoi vouloir quitter, ce que tu chéris tant?

-Qui y a-t-il dans ton haut, qui soit si important ?

-Que cherches-tu en vain… ? À être reconnu ?

-Un irréel bonheur pour ton âme mise a nu ?

Parles-moi petit père, dis-moi quelque chose ?

J’en ai le cœur chagrin de te voir si morose

-Avant que tu ne partes vers ce rêve inconnu,

Vers ce monde étranger, d’où nul n’est revenu,

Pour nous conter l’histoire d’un présent permanent,

Là ! ou il n’existe aucun mouvement du temps.

Avant que tu ne mettes le cap pour ce voyage

Où déjà tes pensées s’envolent en pèlerinage.

Je voudrais te dire, ce que tu sais déjà…

Combien ont essayé en fumant le ganja

De trouver dans l’extase, un monde si différent,

Où règne la sagesse pour non-être transparent.

Ce mystérieux ailleurs qu’on ne peut expliquer

Et qui t’intrigue tant pour ainsi t’impliquer.

Ta quête, je la comprends, je loue ton effort

Mais je ne pourrais dire, si ta raison a tort.

Regarde autour de toi et vois cette beauté …

-Je t’entends bien ma fille, je la vois sabotée…

Regardons au-delà de nos yeux mon enfant,

Afin de préserver notre discernement.

Pour m’apurer l’âme, j’effleure du regard

La cime de ce mont où mon esprit s’égare

Et là, tous mes neurones, ce perdent en confusion

Dans cet air bien trop pur, ils cherchent l’évasion…,

Son reflet blanc et bleu que l’on ne voit qu’en rêve.

C’est dans ces moments-là, que ma pensée s’élève.

Et où je peux trouver, cette paix intérieure

Bien loin des agressions et mensonges extérieurs.

-Petit père est-ce bien ça que tu cherches vraiment ?

-Je ne sais trop ma fille, je suis comme cet amant

Qui perd son être aimé et qui a bien du mal,

Du mal à respirer. Heureux l’amour filial

Que vous me donnez là. Mais ! je ne vois plus rien

Qui me cache les yeux de ses petites mains ?

Est-ce toi ma Sarah ou bien toi mon Jason ?

Venez près de mon cœur me chanter la chanson

Que vous mimiez si bien avec vos beaux atours

Venez tout près de moi, venez là mes amours…

Il est une montagne qui se noie dans mes yeux

Je pourrais la gravir, mais j’attendrai un peu…

Yvon

il est une montagne

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
Yvon Gutierres

Yvon Gutierres (31)

Ancien ouvrier chaudronnier, il me plaisait de donner une vie au métal, lui insuffler un mouvement, il m’arrivait parfois pour ne pas oublier une phrase, un quatrain d’écrire à la pointe à tracer sur une feuille de métal. J’ai quitté l’école très tôt pour travailler et aider mes parents. Ayant quelque problème avec la langue française, je me suis mis à lire et à aimer la poésie et aujourd’hui je suis heureux d’avoir pu faire éditer mon premier recueil de poèmes chez Edilivre qui me permet de faire partager mes bonheurs, mes amours et mes angoisses.
Je n’ai hélas guère le temps de m’occuper de la promotion de mon recueil, je suis un vieux monsieur débordé, j’ai du mal à finir mon deuxième recueil de poésie et le livre que j’ai commencé, il y a dix ans.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean Kerbiriou
Membre
10 février 2017 1 h 27 min

bravo pour le nombre de views!!!!

pour les com c’est pauvre

bonne nuit

MM

Fattoum Abidi
Membre
10 septembre 2016 16 h 14 min

Superbe bravo

Plume de Poète
Administrateur
10 septembre 2016 11 h 50 min

Félicitations pour ce poème qui remporte la deuxième place du plus grand nombre de vue sur le site !
Bonne continuation Yvon et merci pour vos merveilleux partages.
Bien à vous,
Alain

Véronique Monsigny
Membre
13 juillet 2016 17 h 26 min

c’est magnifique, bien écrit et si bien décrit que l’on voit la scène… bravo !