Les flammes de l’enfer – Hervé Outil

 

                                         

                                                      Les flammes de l’enfer

         

         Le soleil s’est éteint, la rumeur gronde.

Plainte des enfants du ciel, ils pleurent tout leur fiel.

Beauté incontestée des flammes d’Ezéchiel !

Je ne peux que m’agiter, les korrigans font leur ronde.

Que vaut toute cette agitation autour de moi ?

Je l’écoute, je l’entends, elle vrille telle une vielle.

Je ne suis pas d’ici, je suis d’ailleurs : roi ?

Non. Il ne manquerait que cette fonction m’ensorcelle !

Je suis le descendant de mon vieil ami Satan.

Pourquoi voudrais-je vous parler même si vous me suppliez !

Je ne suis pas mort, je suis totalement vivant.

Que voulaient me dire tant et tant de supliciés ?

Qu’ils me pardonnaient ? Mais pourquoi ?

De les avoir tué ?

Mais ce fut un plaisir ! Que cela ils le croient !

Colère dans les yeux des parents de ces torturés.

Pourquoi m’en veulent-ils ? C’est là tout mon devoir !

Comme l’ankou prenant les morts à bord de sa charrette,

Moi je prends le cœur de ces pauvres êtres !

Et pourquoi ne le ferais-je pas. C’est chouette !

Je hais tout le monde et chacun d’eux me craint.

Mais ça ne me gène pas, je suis l’ami de Satan.

Pourquoi voulez-vous que le bien me distrait ?

Je n’ai aucun regret pour tous ces mécréants.

Colère dans les yeux de tous ces bienfaisants,

Qui me prennent pour eux alors que je suis le mal.

Laissez-moi donc faire tout ce qui est méchanceté !

Je suis moi aussi l’ange du mal.

Pourquoi voulez-vous que je vous autorise

alors qu’il me sied que tous vous mouriez.

Je suis là pour ça, n’est-ce pas, en toute franchise,

Alors acceptez que je vous chatie ! acceptez, acceptez !

Ca me fait le plus grand bien à moi

De vous voir souffrir et de vous entendre agoniser.

Alors, laissez moi ce plaisir d’assumer ma loi,

Celle que vous me refusiez, mais vous ne pouvez.

Je suis votre bourreau, que vous le vouliez ou non.

Alors, venez et mourrez par le feu !

Mephisto me l’a confié en son nom

Pour vous détruire, vous, et tous les gueux.

Approchez, et aimez-moi, comme je vous agite !

Je répends à vos pieds la peste et le choléra.

Acceptez mon courroux et toute mon animosité.

Je vous déteste comme tout malfrat.

Ils sont à ma solde et ne demandent qu’à vous détruire.

Alors, ne croisez pas mon chemin ou je vous estourbis.

Passez loin de moi et tout ira bien ici.

Je ne pense qu’à une chose c’est à vous nuire.

Alors éloignez vous de moi

Ou je vous emmène loin ,

Dans les entrailles de mon désarroi,

Là où le vide n’est rien.

Ne soyez pas anxieux, je pars rejoindre mes amis.

Ils m’attendent. On prépare le destin final,

Celui qui vous emportera tous vers les flammes infernales,

Celle de la fin de tous les temps, vous serez anéantis.

© Hervé Outil – 14/12/2017

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

145 vues
Hervé Outil

Hervé Outil (24)

Né à Plancoët en Bretagne le 30 décembre 1960, Hervé Outil a obtenu une maîtrise de sociologie mention anthropologie, à l’université Paris 8.
D’abord postier au centre de tri de la gare Saint-Lazare pendant huit années, il devient ensuite instituteur puis professeur des écoles en Seine-Saint-Denis durant quinze ans. Il enseigne aujourd’hui et depuis dix ans, au Moule, en Guadeloupe.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
6 décembre 2020 19 h 49 min

Ah ! si ce long et dense poème pouvait s’adresser aux virus comme les Covids !
La salsa du démon devient une chansonnette à coté de ton brasier poétique!

Béatrice Montagnac
Membre
14 décembre 2017 18 h 56 min

Une magnifique prose terrible

ChanTal-C
Membre
14 décembre 2017 16 h 23 min

Texte très fort, profond…
très beau poème
Merci Hervé

Chantal