En pleine tempête par une mémoire – Abdullah Karabag

I.

Les tracées mémorisées des heures éperdues à la ville

Les cloches de tous les temps sonnent sans désemparer.

Les mots qui se prononcent difficilement dans la bouche

Du sang et du vin à rompre, au coucher en air harmonisé.

En pleine tempête qui n’est que de façon à me mémorer.

II.

Les débris complimentés des années débridées à la ville

Où les pointes de tous les clochers saignent à mon ciel.

C’est d’un mémento qui pour se chanter à mes oreilles

De la mémoire et par la sonore à gravir en air passioné.

En pleine tempête qui n’est que accord de me moraliser.

III.    

Les artères à déboucher d’angoisses déboulées de la ville

Les veines de tous les organes se joignent dans la ténuité.

Les lamelles osseuses de mon urbanité se plaignent de soi

Elles s’établissent aux abris entre la ville et les banlieues.

C’est un plein songe qui était le guide de ma randonnée!

.

©  – 01/09/2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

20 vues
Abdullah Karabag

Abdullah Karabag (13)

Abdullah Karabag. Né 1955, Araban/Gaziantep en Turquie.
Ancien instituteur diplomé,
Au pays natal. Il vit en Suisse depuis 1990.
Poète, il écrit en turc, en kurde, en français.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Fattoum Abidi
Membre
2 septembre 2018 11 h 35 min

Bravo très beau partage cher Abdullah
Mes amitiés
Fattoum.