Deux amis – Colette Guinard

DEUX AMIS

Chaque soir, je t’envoie mes écrits
Avec toi , j’échange ces derniers
Qui unissent nos idées,nos envies
Que tu inscris à la main , sur ton manuscrit

Toi mon Ami ,dont je devine
A tout instant , avec certitude
Tes joies, tes peines, ta solitude
J’ai l’impression ,de t’avoir connu

Depuis des heures, des jours, des ans ,
Dans cette autre dimension ,loin d’ici
Je t’ai à présent,retrouvé en toute quiétude
Toi mon Ami, que je ne t’attendais plus

Avec ce lien d’amitié qui nous lie
Sur un chemin ,de délivrance
Le bonheur s’est révélé à l’infini
Avec toi , quelle chance

Chaque soir, nous partageons
Nos impressions, nos souvenirs
Dans des éclats de rire
Mais désolés , de devoir nous quitter

Pour sombrer ,dans ce sommeil
Profond ,où les rêves nous conduirons
Dans les bras de Morphée
Avec ce bel oiseau la colombe, qui veille

Sur ces deux amis, maintenant réunis
Pour ne plus jamais se quitter
Eux ,ces complices qui ont mis
Tant de temps à se retrouver

Texte de Colette Guinard

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

12 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (429)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Alain Salvador
Membre
4 février 2021 8 h 33 min

Une telle amitié ressentie ne peut que durer dans le temps, c’est évident.