Ça se passe dans ma tête – Gilles Baychelier

Ça s’appelle le doute, ça me viens la nuit
entre deux rêves, entre deux vies,
quand il pleut sur ma mémoire,
je me raconte des histoires

Quand je ne peux plus dormir …
jusqu’au bout de la nuit,
toujours envie de vivre,
toujours envie d’avancer,
toujours envie de dire…
ce que je n’ai jamais osé

Dire à ma mère que je ne l’oublie pas,
dire à mon père…
qu’il est dans un coin de ma mémoire,

dire à mes enfants…
que je les aime toujours aussi fort,

dire à cette femme…
que je n’ai pas su garder,

lui dire que je ne l’ai jamais oublié

Ça s’appelle le doute, ça me viens la nuit,
entre deux rêves, entre deux vies,
je me raconte des histoires
quand je ne peux plus dormir…
jusqu’au bout de la nuit, au bout de l’enfer

Pendant que s’évaporent mes forces,
pendant que passent mes cauchemars,
pendant que se meurent mes rêves

Qu’ai je fait de ma vie…
bien sûr je me cache derrière le rire,
pour oublier mes peines,
mon anxiété,
ma vie ratée

Avec toujours cette envie de vivre,
toujours envie d’avancer,

toujours cette envie de dire…
ce que je n’ai jamais osé

3 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
Gilles Baychelier

Gilles Baychelier (58)

je suis discret dans la vie comme au travail...on m'entend très peu.
je parle beaucoup par écrit, en sachant très bien que les écrits reste pour longtemps. J'écris comme je parle, comme je pense, comme je vie ....
je suis un père célibataire vivant mes joies au travers de mes gamins, je revis quand je les vois.
je suis électricien de métier, l'écrit n'est que secondaire une occupation.
j'ai la chance d'avoir avec moi un chien, un chat qui me supporte, ici dans les montagnes qui ont gardées ce coté sauvage mystérieux ou le seul bruit n'est que silence, loin de tout, loin de la folie humaine.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Gilles Lafleurquirime
Membre
23 novembre 2020 0 h 04 min

poignant , tout ces mots que l’on a dans le tète mets aussi dans le cœur, c’est du fragile de cristal.

J’adore, Joli.

Lucienne Maville-Anku
Membre
22 novembre 2020 15 h 55 min

“Avec toujours cette envie de vivre,
toujours envie d’avancer,…”

Ne naît-on pas pour vivre ?
N’est-ce pas là de l’homme
La vraie destinée…
Merci, Gilles, pour ce beau texte.