Une nuit – Bernard Saulgeot

  Sonnet 

                                   Une nuit    

                                                                                                                                                                                  

Le soleil s’est couché sur la plaine endormie

J’ai fermé mes paupières le sommeil est venu

Ouvrant pour moi la porte à ce monde connu

Celui qui vous enchante et mène en rêveries

 

Couchée à mes côtés une femme attendrie

Habituée semble-t-il à dormir toute nue

Au corps si généreux  au regard ingénu

De la prendre en ses bras pour l’amour me convie

 

La dame de la nuit oui ce n’était qu’un songe

Une femme dans le lit près de moi ne s’allonge                                 

Et ne vient que pour moi des mots doux murmurer      

 

Je n’ai de compagnie le matin au réveil                                              

Et serai seul encore à aller contempler                    

L’embrasement du ciel au lever du soleil

 

©B Saulgeot

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

32 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires