Un village – Georges Cambon

     LA GARDE VIAUR

 

Les cieux, veilleurs d’une rivière
Griffée d’une geste automnale
Dès l’aube célèbrent la lumière
Sur une présence tôt minimale.

Exile-toi de toute embellie
Batelier, dressé à la rame !
Le gai présent de la mélancolie
Du Viaur suspecte le drame.

Cet autre jardin où tout éclot
Décline une aile impérieuse
À flanc de colline, laborieuse
Trop molle derrière le falot !

Toute étrangère si mutique
Promise à la douce tentation
Du village à l’âme identique
Dans la rue noue une filiation !

.

© Georges Cambon – 26/09/2018

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

17 vues
Georges Cambon

Georges Cambon (79)

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires