Rimbaudelaire – Luc Harache

Quand Rimbaud, découvrant le puissant Baudelaire,

Le proclama : “Roi des poètes, un vrai Dieu !”

N’est-ce pas bouche bée que le destinataire

Aurait de cet hommage accueilli tout le feu ?

 

Car, s’il avait encore existé, l’Albatros,

Ne sachant où darder son profond mal de vivre,

Se serait recueilli, c’est sûr, face au cosmos,

En quittant, sidéré, les vers du Bateau ivre !

 

Après avoir fêté l’enfant qui chassa l’Aube

Et l’embrassa, ainsi qu’une éclatante robe,

N’aurait-il pas renié le spleen qui le hantait ?

 

Se serait-il enfin détourné du néant

S’il avait repéré la magie du Voyant,

Plus ample et spontanée qu’une embellie d’été ?

 

©Extrait de mon second recueil de poèmes “Le miraculé”,

publié chez Chloé des Lys : http://www.editionschloedeslys.be

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

37 vues
Luc Harache

Luc Harache (30)

A 16 ans, je compose mon premier poème solide, « L’Ange ». Bachelier en 1983, je travaille actuellement aux Finances Publiques . Je suis l’auteur de trois florilèges :
« Les anges » édité chez Chloé des Lys (primé deux fois) ; « Le miraculé » aussi édité chez Chloé des Lys ; le dernier vient d’être publié par Chloé des Lys (prix Louis Bouilhet 2017). Le tout forme la trilogie sincère de ma vie sublimée . On peut se procurer les trois ouvrages, pour un prix modique, à l’adresse : http://www.editionschloedeslys.be

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
19 novembre 2018 23 h 37 min

contrairement à tous vos autres poèmes, je n’ai point accroché aux syllabes dures (1er vers)
peut-être de sa parodie paraissant blasphématoire. (le titre me dérange que trop)
ceci dit, la raison de l’un n’est pas celle de l’autre
merci
ol