Oradour sur Glane – Hélène Rollat

D’abord, c’est le silence… Un silence poignant.

Et dès les premiers pas, quelque chose nous hante,

On est interpellé par les âmes vivantes ;

Ce village figé hurle au monde son sang.

 

En ce mois de juin, la vie suivait sa route,

« L’Avenir musical », l’été et ses atours,

Les foires et le foot agrémentaient les jours ;

Chacun rêvait encor malgré l’état de doute…

 

…Un tramway, quelques fils électriques, un jouet…

L’enfer s’est abattu sur les rues, sur l’école ;

Les noms des habitants, font partie du symbole,

Qui nous porte hors du temps, impuissants et muets.

 

Le vent court sur le rouille et le noir de ces ruines,

Chantant une complainte en hommage aux martyrs ;

Qui sans savoir pourquoi ont dû vite partir ;

Innocents condamnés qu’une erreur extermine.

 

©Hélène Rollat

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

14 vues
Hélène Rollat

Hélène Rollat (9)

Depuis toute petite, je dessine, je peins et j'écris. A 9 ans j'écris mon 1er poème et depuis je n'ai pas cessé d'écrire (poèmes, contes et nouvelles). Lauréate de nombreux prix dans des concours (Poitiers, Toulouse, Paris etc) Nombreuses activités poétiques (animatrice radio, déléguée départementale de la SPAF scolaire, présidente club poésie etc). En 2009, publication de mon recueil de poésies "Arc en ciel".

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires