Oh mon amour ! – Aymane Semmid

J’ai passé sous une barbarie de brouillard de ta promenade

Et le sang coule ainsi très loin

J’ai demandé la route de ces milles mots  dans une ambassade

D’une lyre poétique  qui me rejoint

Ton amoure me semble d’une mère en deuil

D’une promesse d’un tain

Moi qui a ouvert l’œil

Pour voir celui qui vit sans entrain

Les yeux à moitié ouvert

Mais j’observe les tiens d’un si beau vers

Avec des miroirs qui reflètent d’un monde à l’envers

D’une promesse d’un peu de lumière

Mon chant du corps a prononcé le mot : Je t’aime !

Sans t’écrire des poèmes

Mais j’aimerai voir tes ongles abstèmes

Qui attire L’homme à peine

De dire : Chérie Je t’aime !

Mes éclats des mots murmurent ma poésie engagée

Pour ma femme que j’aime sans barème

Le fil de mes pensées m’a attiré

Le premier regard d’une image poétique en chrême

J’ai écrit ses mots pour être nu entre tes lettres

Pour être satisfait de cet amour terrifiant privilège

D’une chambre donnait d’un jardin plein des roses qui apparaître

Sous des arbres ainsi sacrilège

J’offre de bougies pour éclairer ta nuit

Par une douce mélodie d’un son sacrilège

Mais je serai assis pour te souhaiter une nuit

Pleine de la passion d’un amour et d’un chemin sans pièges

La vie sans espoir n’a qu’une pensée négative

N’a qu’un chemin d’or sans sièges

Mais je serai-là d’une douce lueur pénétrante

De te dire que t’es charmante

dictée

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires