L’obscur témoin – Kamel usbek

Style Sonnet

 

L’obscur témoin.

Pensive, accoudée à sa fenêtre céleste,
Le diadème scintillant, le regard funeste.
La lune en larmes, aux lèvres moroses,
La plume incapable de poème ou prose.

Seule l’âme, tirée par l’onde poreuse,
D’une ode, vacillante sur ses pieds chancelants.
Où vers et mélancolie, en bal nonchalant,
Au rythme des images et pensées creuses,

D’une ombre blafarde d’un obscur témoin.
Un épouvantail aux haillons gavés de foin;
Partageant la solitude de la songeuse.

Qui de son soupir nocturne, lui meurtrie le cœur,
Crucifié à son pieu, une obole à sa foi,
Touché par cette grâce, il reste sans voix.

troubadour © copyright

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

22 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
10 décembre 2018 21 h 09 min

Un fort joli texte. Touchant à souhaits. Bravo et merci pour ce partage…