Les déboires de Pierrot – IRIS 1950

Pierrot ne grimpera plus à l’échelle

Il voulait aller chercher la lune

Pour sa belle

Il aurait pris sa plume

Rien n’était trop beau

Mais à vouloir trop.

Par cette belle fin de journée d’été

Les voisins avaient laissé entrer l’air frais

Et lui n’ayant plus les idées

Bien claires, se trompa de fenêtre

Et croyant prendre sa belle Colombine

Il butina sa voisine

Voyant le ventre de sa compagne prendre bombance

Germain le voisin

Ne savait contenir sa rage

Tu ne vas pas me dire que c’est ce que tu manges

Qui te fait grossir le ventre

Ce que sa dame ne savait

C’est que Germain était allé

Consulter n’ayant pas eu la chance

De combler sa compagne

Il se savait stérile

Il tournait dans la maison

Comme un lion

Et voyant un soir

Pierrot monter à l’échelle

Il comprit d’où venait son infortune

Se taire et laisser faire les choses

Ou lui tomber dessus

Germain ne savait plus

Ce que l’honneur lui conseillait

Bientôt verrait le jour un petit Chose.

 

IRIS 1950

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

40 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Ingrid Blot
Membre
1 mai 2017 17 h 25 min

Pierrot partagea Colombine pour ne pas l’ avoir ou la perdre totalement…. j’ ai beaucoup aimé cet écrit… aux situations partagées…. bise ingrid

Christian Satgé
Membre
1 mai 2017 16 h 00 min

Une belle d’histoire d’amour… et d’humour. Bravo à vous !