L’Amoco Cadiz (slam) – Béatrice Montagnac

l’Amoco Cadiz (Slam)

Quarante ans déjà.

Ils s’en souviennent encore.

Dans leur âme et leur corps.

De cette année-là.

l’Amoco Cadiz avait échoué.

Répandant dans la mer, l’or noir.

Une triste histoire, bien encrée.

Cette métaphore de désespoir.

Toujours dans les mémoires.

Un géant des mers.

Un pétrolier meurtrier.

Plongeait Portsall dans l’enfer.

Les bretons ont prié.

Devant ce paysage d’apocalypse.

Des milliers d’oiseaux mazoutés.

Noyés dans la marée noire.

Les rochers de Portsall.

Étaient recouverts d’un sang noir.

Au village, ils n’ont jamais oublié.

Tant de larmes ont coulé.

Tous ses gens dévoués.

Travaillant sans répit, sous le vent,

les pieds dans le pétrole gluant.

Ce jour-là, un seize mars.

l’Amoco Cadiz pissait le mazout.

Noyant la nature dans la masse.

La marée noire engloutissait la vie.

La mort rodait sans préavis.

La mer n’était plus qu’un nuage d’ébène.

La Bretagne plongeait dans la peine.

Un géant des mers.

Un pétrolier meurtrier.

Immergeant Portsall dans l’enfer.

Les Bretons ont prié.

Devant ce paysage d’apocalypse.

Des années de galère.

Tous ces gens, amers,

fous de douleur et de colère.

 

Ils étaient armés de courage.

Ils avaient la rage.

Face au naufrage.

Sauver coûte que coûte.

Des oiseaux du mazout.

Redonner à la plage,

sa beauté sauvage.

Un travail de fourmi,

qu’ils avaient fourni.

Pour que Portsall revienne à la vie.

La Bretagne a été défigurée.

Aujourd’hui, elle est encore blessée.

À jamais marquée.

La vie, la flore marine ont été balayées.

Un géant des mers.

Un pétrolier meurtrier.

Plongeait Portsall dans l’enfer.

Les bretons ont prié.

Devant ce paysage d’apocalypse.

l’Amoco Cadiz.

Une catastrophe sans précédent.

Quarante ans déjà.

Ils n’ont pas oublié.

Tous ces oiseaux morts,

étouffés dans la matière gluante.

Les ailes collées sur leur ventre.

Régnait un silence de mort,

du Finistère aux cotes d’Armor.

Un malheur écologique.

Un événement tragique.

Le pétrole envahissait l’ atlantique.

Un géant des mers.

Un pétrolier meurtrier.

Plongeait Portsall dans l’enfer.

Les bretons ont prié.

Devant ce paysage d’apocalypse.

Comme une éclipse de fin du monde.

 

©Béatrice Montagnac – 21/03/2018

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

46 vues
Béatrice Montagnac

Béatrice Montagnac (52)

poétesse entre rêve et réalité de l'amour à la détresse et parfois révoltée poétesse engagée(née à Lathus saint rémy 86390)

Romancière de roman policier un deuxième roman en cour d’écriture

l’écriture une évasion au delà des mots

Mon recueil de poésies sensuelles, poème d'une révolté, poésie nipponnes sont sortis aux éditions Stellamaris

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
ChanTal-C
Membre
21 mars 2018 21 h 17 min

Bonsoir Béatrice,
Non, on ne peut oublier ce désastre,
cette épouvantable marée noire subie
par la Bretagne dévastée….
Ce fut une épreuve terrible…
Amicalement

Chantal