Extrait (2) “L’Inconstance des sentiments” – Caroline Pivert

“Je t’écris et t’écris jusqu’à la frénésie. Je te couvre de mots. De fleurs indélébiles. Oh oui, je l’aime trop, cet « Adrien » un rien fragile. Ce différent de tous ces sots, qui m’auront rendue difficile…

 Voilà ma position, en ces heures laborieuses des balbutiements d’une relation. En ces heures encore floues et incertaines d’avec toi, mon amour.

 Le poème va prendre alors la forme d’une « rédemption », d’un recommencement de zéro :

 Rédemption

 I

Tes yeux n’ont pas guéri

Pas encore, mon amour

Dans leur fragile azur

Ce qui m’a tant meurtrie

Tout le long de mes jours

Cette antique blessure

Inlassable, infinie

 

J’en saignerai toujours

D’un flot de sang rageur

Malgré tout mon amour

J’aurai ce vide au cœur

Chaque instant, chaque jour

 

Puis-je t’aimer entière ?

Une part de moi-même

Ne m’appartient plus guère

Cependant elle essaime

En moi ce goût amer

Qui me rend incertaine

 

Me rappelant sans cesse

Ce que j’étais hier

Un îlot de détresse

Prisonnier d’une mer

Insensible et hostile

Petit morceau de terre

Ne tenant qu’à un fil

 

II

Je ne peux te promettre

Qu’aujourd’hui dans tes bras

Je saurai me remettre

De cette époque-là

 

J’ai tant aimé, vois-tu

Sans l’être de retour

J’allais seule et sans but

Puisque tous étaient sourds

 

Alors je me suis tue

J’ai réprimé l’amour

Tant que je ne sais plus

Le ressentir sans peine

O mon passé si lourd

Faut-il que tu m’entraînes

Sans espoir de retour ?

 

Je te le dis ce soir

Je ne pouvais la taire

Plus longtemps, cette histoire

Mais toi, es-tu sincère ?

N’es-tu pas illusoire

Comme ceux de naguère ?

 

J’ai beau vouloir te croire

Ma foi vacille encore

Flamme de mon espoir

Encerclée par des morts

 

III

 

Quelque chose en moi change

Pourtant quand nos regards

Naïvement s’échangent

Des secrets qui s’égarent

Et n’ont plus rien d’étrange

 

Quelque chose en moi crie

Et si tout renaissait ?

La croyance en ce qui

Rend la vie simple et gaie ?

 

Quelque chose en moi rêve

Es-tu réalité ?

Je sens naître une sève

Que je croyais séchée

 

Tout cela semble vrai

Ce nous que tu évoques

Qui pour la vie serait

Plus solide qu’un roc

 

Et si tu me promets

Un bonheur réciproque

Tout le reste, tu sais

A part toi, je m’en moque

 Rien. Il n’y a en fait rien eu avant toi. Voilà la vérité. Je n’ai jamais connu l’amour. Celui qui nous fait vraiment naître à la vie. Car c’est toi le premier. Et c’est irréversible, je crois.

 J’espère…”

 http://www.edilivre.com/l-inconstance-des-sentiments-231c822081.html

l'inconsta

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

12 vues
Caroline Pivert

Caroline Pivert (20)

Née en Polynésie française de deux parents tous deux navigants, j'aurais toute ma jeunesse profité de cette opportunité pour parcourir le Monde. Une chose parmi tant d'autres a planté en parallèle ses racines dans ma vie: Les mots et leur poésie.

Les romans sont un peu comme des chansons à mes yeux. Il est plus facile de comprendre le monde quelquefois sous cet angle, mélodies éphémères et pourtant si profondes, que sous les lois de la politique et du "marché".

Je publierai régulièrement des poèmes sur ce site.

En espérant vous voir les découvrir,

Caroline Pivert

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires