DANS LE SOIR SE BOIT L’AZUR – Alain Minod

DANS LE SOIR SE BOIT L’AZUR

 

Dans les légers soupirs du soir

Les pesants nuages s’écartent

Et se donnent en or à voir

Tout au bout de l’azur qu’ils fardent

 

Dans l’horizon – partant tomber –

Il sort de la rue – le soleil

Qui – un instant – nous a nimbés…

Doucement s’installe la veille

 

Sur nos têtes : plafond royal…

Aux murs sombres : trous de lumière…

Azur calmant l’ombre est loyal

Dans sa majesté éphémère !

 

Le virage du profond bleu

Comme en un violet qui se plombe

En marbre noir – ô Si pompeux –

Ne jette notre éveil en tombe !

 

Installant le temps dans l’égal

En la nuit – le ciel n’est vorace

Qu’à manger au noir qui s’étale

Les nuages perdant leurs places…

 

Et s’écrit à l’encre de Chine

Dans la trouée de notre rue

La lettre de joie qui avine

Comme de gentiane bien bueciel

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires