Chez nous, c’est l’été – Lazhar Djaballah

Chez nous c’est l’été.
O !Un été trop long et très chaud
Les flammes du sirocco
Brûlent nos peaux.
La sueur s’écoule en seaux.
Pendant le jour,le soleil nous cuit
Nous dormons difficilement la nuit.
On sent les souffles de géhenne.
Nous buvons de l’eau fraîche en citernes.
On consomme les fruits juteux.
Tels que les melons d’eau pulpeux.
On s’abrite sous nos toits .
Devant un climatiseur froid.
Parfois,il expire des bouffées de chaleur.
L’air conditionné n’est pas une faveur.
Il endolorit nos muscles et nos articulations.
Il alanguit nos mouvements et nos activations.
La lassitude et la torpeur nous gênent.
L’ennui et l’exaspération nous prennent.
Le pire,c’est le manque de verdure.
Il y a aussi manque de villégiature.
Ces conditions climatiques difficiles.
Nous obligent à quitter nos villes.
Vers d’autres horizons moins désertiques.
Ou vers des sites plus touristiques.
Pour passer avec nos familles,
Sur les plages, des jours inouïs.
Ainsi s’écoule vite la période estivale.
En dépensant un gros capital.
Pour s’évader quelques jours
Loin de notre quotidien parcours.


©Lazhar ben Lamine Djaballah.

Réedition
Touggourt.Algérie.
11/08/2017.
Poète des Oasis.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

24 vues
Lazhar Djaballah

Lazhar Djaballah (66)

Je suis poète amateur. Amoureux des vers. Les miens sont un peu sous la hauteur. Je lis les romans et les œuvres littéraires J'aime beaucoup les fleurs, Les jolies filles aux beaux yeux verts, Les brunettes charment mon cœur. J'aime les voyages et l'amitié sincère. J'habite au milieu des grands déserts. Dans les oasis au climat sec et chaleur. El-Oued et Touggourt, mes villes chères. J'étais élève et maintenant professeur. Quand j'était enfant,j'avais tant souffert, Des séquelles d'une médicale erreur. Je claudique par un steppage sévère. Une paralysie des membres inférieurs. Ma chère mère existe après cher père. Mes quatre beau-gosses sont rêveurs. Moi et mon épouse,nous sommes fiers. Je suis citoyen respectant les valeurs. Ni riche ,ni pauvre,mais j'en suis fier. Musulman,croyant,n'ayant pas peur. De ceux sous-estimant mes caractères. Lazhar ben Lamine Djaballah. Touggourt.Algérie. Poète des Oasis.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires