C’était une amie – Simone Gibert –

Mon intemporelle

Amitié pour elle,

Naquit et s’est nourrie

Depuis sa maladie.

Début d’après-midi,

Dès ma journée finie,

Avant de regagner

Mon “domaine privé”,

 

Je faisais un arrêt

De deux heures à peu près,

Et nous bavardions

Toutes deux au salon.

 

J‘ai forcé sa porte,

Je le sais, qu’importe,

De cette volonté,

Son amitié est née.

 

Si parfois, le hasard

Me mettait en retard,

Elle disait déçue :

“Je vous ai attendue”

 

Alors nous reprenions

Toutes conversations,

Et s’enchaînaient les jours,

Quel que soit leur parcours …

 

Le fil était tendu

Même semblant ténu,

Tout par-delà les terres,

Tout par-delà les mers,

 

Il est là résistant,

Un défi pour le temps,

Même le silence

N’a de conséquences.

 

Un jour difficile,

D’une écoute j’eus besoin,

Moi, c’était facile,

Toujours à ses soins.

 

J‘ai risqué des appels,

De tristes messages,

Jamais aucun rappel,

Elle ne dit courage !

 

Moi, j’étais son amie,

Qu’étais-je pour elle ?

Je ne la définis,

Jamais de nouvelles …

 

©Simone Gibert

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
Simone Gibert

Simone Gibert (142)

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
12 décembre 2018 13 h 31 min

C’est très émouvant.

Fattoum Abidi
Membre
11 décembre 2018 12 h 01 min

Merci Simone beau et touchant partage la vie nous apprend beaucoup et on positive le négatif
Agréable journée
Mes amitiés
Fattoum.

Christian Satgé
Membre
10 décembre 2018 21 h 16 min

être trompé dans ses sentiments, surtout s’ils sont profonds, est une plaie qui ne se referme jamais. Merci d’en témoigner mieux que nous le ferions nous -mêmes peut-être alors que nul ne se dire n’avoir pas connu pareille mésaventure. Merci d’être aussi simple et sincère Simone… cela donne une force et puissance à votre poésie.

Anne Cailloux
Membre
10 décembre 2018 19 h 28 min

Difficile, Un mal de s’être trompé d’avoir cru ! le plus dur c’est de ne pas savoir.
Souvent j’ai donné en amitié, et sans retour ou retour trompeur, mais peu importe, l’important, je le sais.
Bel écrit qui reste en suspend..
Anne