Asiates amours – Christian Satgé

Petite fable affable
Les pandas roux, dit-on, aiment les enthymèmes
Pour vous causer de tout, y compris en famille.
Ainsi  on dit « Quand on ne marie pas les filles, 
Les filles hélas se marient par elles-mêmes. »
Et s’inquiètent-ils quand leurs petits bouchons,
Devenues roses tendrons, ont bien moins l’âge
D’être battues que cocues par jeune ronchon
Qui les demandera, matin, en mariage
.Un vieux mandarin, parmi ces bêtes-là,
Voulut un jour caser son aînée, gourgandine
Certes un peu espiègle jouant les gredines,
Qui avait plus de prétendants, et jamais las,
Qu’une vie d’homme ne compte de nuits noires.
« Pourquoi voulez-vous, disait-elle, me priver
De ces dévots à mon bon plaisir accessoires
Pour un malotru natté voulant mon clou river ? »
.
Lors, elle ne se hâtait point cette jeunesse
De trouver à sa patte si petite un chausson.
Que parents pressés ou voisines ayant garçons,
Entremetteuses moustachues sans vraie finesse
Et autres marieuses trop tôt vieillies,…
Aillent se faire voir. Elle ne veut, la Belle
Aucun de tous leurs beaux – ou tous leurs bons – partis,
Nul ne trouvant grâce à ses yeux de rebelle.
« Bonzesse tu vas finir ! » l’a-t-on avertie.
Elle s’obstina à refuser la coutume
Disant : « Quand la fille ne veut pas dire amen,
Cette fille se doit de fuir tout hymen !
Liberté, pour elle non plus, n’est apostume ! »
© Christian Satgé – juin 2020
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
30 juin 2020 11 h 20 min

Quand l’amour est partagé, il n’y a pas de soumission, merci Christian, le mariages arrangés, çà existe toujours ;

Brahim Boumedien
Membre
29 juin 2020 19 h 30 min

Merci, Christian, pour ce partage, mais j’ai besoin de tes lumières pour m’éclairer sur le rapport (jans jeu de mots) de l’hymen avec le “amen” du prêtre ! Merci.