L’arnaque de la vie – Anne Cailloux

Un air d’autobiographie..
Fille du vent, elle est née un soir où le bonheur était absent
parti honorer une partie d’échecs avec l’espoir.
Elle était née sans le vouloir  sans connaître les bases et les règles de cette jungle qui s’offrait à ses yeux  personne ne lui avait appris juste la grand-mère qui maniait le fil électrique plus souvent que les baisers.
Seule, elle traîna dans un sentier balisé par le diable lui-même.
L’incube lui offrit de la poudre aux yeux, du foutre aux pieux et un amour de pacotille.
Un enfant naquit aussi beau qu’un dieu, mais le destin veillait
 le jour de ses 5 ans, l’enfant fut enlevé à jamais….
Son père lui enseigna le principe de la vie ; Marche ou crève
alors elle continua son chemin malgré tout.
Sur cette nouvelle route, traînaient des fleurs du mal on ne se débarrasse pas du diable comme cela !
Le plus dangereux n’est pas les épines, mais les roses qui dominent.
Une fois de plus, il y eut ”mâle” donne, mauvaise pioche même le maudit se prit une leçon de cet homme de ce milieu qui était si sombre, qu’aucun incube n’y mettait jamais les sabots.
Ce milieu si prisé par les bourgeois bohèmes et les femmes
qui rêvent de ce monde, pour s’acoquiner de ce milieu de fourberies de ces trottoirs pas assez larges, pour contenir toutes ces belles de jours qui se fanent, en quelques clairs de lune.
Elle donna toute sa vie sans compter, elle était toujours là pour tous. Mais le monde est ainsi fait, égoïste, n’écoutant pas ce qu’elle pouvait dire. Alors elle se tourna vers son animal
il ne comprenait pas ce qu’elle disait, mais il écoutait et  l’entendait il la badait sans la lâcher des yeux, il aimait tant quand elle lui parlait.
Huit milliards d’êtres humains, et obligé de parler à son animal, cherchez l’erreur.
La vie est ainsi, manipulatrice nous jetant de la poudre aux yeux en trois D, nous offrant des nuits pour éclore nos maux, des jours pour les pleurer.
Le plus dur n’est pas de descendre en enfer, mais d’ en remonter
Nous sous-estimons souvent, le pouvoir d’un vrai sourire, d’un mot gentil  une phrase peut  changer notre monde, le sublimer ou le détruire.
Un mot, peut faire très mal, ne jamais oublier…
Merci à toi, mon poulet, tu te reconnaîtras… merci à toi d’être, comme moi je suis   mon ami et plus encore, mon double dans l’âme,grâce à toi, je crois encore en l’humain.
Tu es, ma plus belle rencontre sur cette terre.
Je ne prie pas dans toutes les paroisses, c’est terminé.
Droite dans mes escarpins.
Un jour, j’irais au paradis, car en enfer, ils ne veulent plus de moi.
5 3 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

34 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Colette Guinard
Membre
28 novembre 2021 10 h 17 min

tristesse,regret mais présence de l’animal qui lui donne son amitié sans compter! bon dimanche !Colette

Bulsa Marie
Bulsa Marie
Invité
27 novembre 2021 20 h 19 min

Très beau texte. Bravo