L’amour et l’amitié en viager – Anne Cailloux

 

Ceux qui prennent…

N’oubliez jamais, que certaines personnes, vous aiment sans vous juger.

Elles portent vos maux, vous offrant de l’amour, de la douceur et une écoute sans jugement, sans se lasser, comme un tuteur sur une plante qui s’effondre.

Trop souvent, en amour comme en amitié, on te berne et l’amour amitié et pire que tout.

Ceux qui donnent…

Vous offrirez tout, parfois pour un billet sans retour.

Comme une éponge, vous allez absorber leurs douleurs, leurs angoisses, plaidant leur défense, devant l’avocat du diable qui vous rit au nez, vous faisant douter de leur maux.

Dans certaines circonstances, pour eux, vous frôlerez la correctionnelle.

Vous serez prisonnières d’attentes qui ne viendront jamais, prenant perpétuités, espèrent une remise de peine, attendant un appel qui ne viendra pas.

Ce sera souvent un sens unique, dans une voie sans issue. Ils sont des parfums sans odeur.

Les années, les kilogrammètres faisant, on vous oubli, Vous ne leur rapportez plus rien.

Leurs mots, étaient sans âmes. La droiture, n’était qu’une légende. Les chevaliers étaient sans armures, même les chevaux étaient boiteux.

Ce n’etait pas des contes de fées, mais des comptes de faits.

Mais le plus important pour moi,, c’est le matin, quand je me lève et que je me regarde dans la glace, je me dis : merde, mon auréole est encore allumée !

 

ũ

4.6 5 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

30 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
21 mars 2021 6 h 02 min

Petite belette, ton auréole a brillé, illuminera et éclairera toujours et encore car tu sembles, dans ta prose, célébré cette aphorisme que je fais mien : « La vie est est un don, non un du ». Et toi tu donnes, sans compter, la preuve est en ton aura… Amicalement.

Alain Salvador
Membre
20 mars 2021 23 h 33 min

Que mon auréole ne cesse de briller, et si une seule personne s’y réchauffe, si une seule personne se raccroche à ses bords qui ne sont pas acérés, je serai heureux tout au fond de moi-même, car je me sentirai utile dans la vie. Et si ce n’est qu’éphémère, pour ces instants je la remercierai.