Je ne suis qu’un homme – Eric de la Brume

Je ne suis qu’un homme, rien qu’un homme.
J’aimerais pouvoir parcourir le vaste monde,
découvrir des contrées inconnues,
suis épris de liberté.

Souvent, on me dit égoïste,
ne pensant qu’à moi,
à mon propre plaisir,
sans se soucier des autres.

Pourtant, je suis comme tout être vivant,
ai des sentiments, besoin d’amour
comme tout ce qui vit,
mais je ne suis qu’un homme!

Je ne suis pas une  femme,
vois les choses différemment
ai ma manière d’exprimer mes sentiments,
de ressentir les choses.

Bien sûr, j’ai mes  défauts
comme tout être vivant.
Je ne suis pas parfait,
suis loin d’être un dieu.

Je ne suis qu’un homme, rien qu’un homme.
Parfois, tu crois que je ne t’aime pas
parce que je l’exprime pas assez,
ai l’air bourru, n’ose pas de déclarer ma flamme.

Tout ça parce que je ne suis qu’un homme!
Pendant des siècles, on m’a appris
qu’il fallait être viril, ne pas pleurer,
savoir cacher mes sentiments.

Je ne porte pas en moi d’enfant,
ne saurai jamais ce qu’est
porter la vie en soi, faire apparaître
ce que j’ai simplement insufflé.

Tout ça me rend plus extérieur,
fait en sorte que je réagisse différemment,
semble moins attaché,
ai parfois plus à apprendre à aimer.

Les mots après un certain temps,
ne me semblent plus nécessaires
pour exprimer mon amour;
ça me paraît une évidence.

Dans certains cas,quand l’amour vire de bord,
je n’ose l’exprimer, ne m’en sens pas le droit.
ou ressens l’angoisse d’un premier amour perdu,
ne peut alors plus sortir les mots qu’il faut.

Je ne suis qu’un homme, rien qu’un homme,
Pendant des siècles, on m’a appris
à ne pas pleurer, à cacher ma tristesse
à enfouir ma sensibilité.

Pourtant, cela ne m’ pas rendu moins sensible,
seulement parfois plus orgueilleux
plus intérieur, moins expansif
pour montrer mes sentiments.

C’est ce qui fait de nous, mesdames,
plus que vous des écorchés vifs,
car tout se garde à l’intérieur
et se montre alors par des dérives.

Je ne suis qu’un homme,
ne serai jamais autre chose,
suis comme vous mais différent
mais je n’en aime pas moins pour autant.

Eric de la Brume
Le 8 avril 2016

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

56 vues
Eric de La Brume

Eric de La Brume (331)

Bonjour et bienvenue dans mon monde! Ce que vous aller trouver ici, je ne sais pas exactement comment on peut le qualifier. Je pense que ce sont des textes qui expriment un ressenti et qu'on peut qualifier de textes poétiques et c'est pourquoi j'ai choisi cette rubrique. Ce sont des mots et des phrases jetés au hasard, de manière éparse et automatique que je cherche par après à agencer,et à leur donner un sens et une couleur. La poésie, pour moi, c'est l'expression de l'âme, un peu comme si on se noyait dans son propre regard et c'est ce regard que je tiens à vous partager..

Si vous désirez voir l’entièreté de mes textes, vous pouvez toujours vous rendre sur mon site officiel

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
10 février 2018 11 h 30 min

Un beau texte avec beaucoup d’humilité!
Adrien.

Fattoum Abidi
Membre
10 février 2018 10 h 45 min

Bravo Eric vos mots touchant fort, très beau et profond partage,
Mes amitiés
Fattoum.

Snow Poppers
Membre
10 février 2018 3 h 31 min

Si la voie intérieure est foulée, tu es en passe d’enfanter des mondes. Il y a besoin des deux pour créer la cellule, elle seule s’écorche à être une ouverture béante face aux myriades de sentiments que proposent le monde et si tes émotions ne t’appartiendront jamais c’est un fait, il n’y a d’autres choix que d’enfanter, de se donner enfin et s’abandonner à la vie.