Phoenix – Gwendoline Faucher

Mélodie douce j’entends,

Le feu dans mon cœur trouble,

Se calme peu à peu,

Fait place au doux feu bleu,

Le phœnix faible et blessé,

De jour en jour dépérit,

Trop de calme l’a envahi.

Vieux, d’une centaine d’années,

L’oiseau de feu ne rugissait plus,

Trop torturé par ce calme flou ;

Il devait s’en aller aux cieux,

Trouver la paix sacrée qu’il cherchait,

L’oiseau rouge devenu bleu par ses flammes,

Mourir un jour il devrait.

Un jour saint, il neigeait,

L’oiseau bleu devint blanc ciel,

La paix sacrée l’avait trouvé,

L’enveloppant de son aura protectrice,

Le retirant du bas-monde cruel,

Aux cieux il monta lentement,

Brûlant de sa jeunesse oubliée.

L’histoire était terminée,

Oublié l’oiseau sage au cœur trop calme,

Le monde devenu bien morne et triste,

Lorsqu’un jour d’été orangé,

Un éclat de lumière éclaira,

Le monde sans vie d’un beau rouge vif :

Le phœnix renaissait de ses cendres.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

50 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
16 mai 2017 7 h 21 min

Merci pour cette belle introduction poétique Gwendoline !
Nous avons hâte de découvrir vos autres textes…
Bien à vous,
ALain :)
N’oubliez pas d’ajouter votre prénom et nom à la suite du titre de votre texte lors de la saisie sur la page des publications, afin que les lecteurs, visiteurs et membres puissent mieux vous apprécier. Merci.