Pandore est de retour-Brahim Boumedien

Qui aurait cru qu’un jour

Pandore reviendrait

Qu’elle nous jouerait ce tour

Comme elle l’a déjà fait ?

 

Hélas ! Il faut l’admettre

Le monde est ébranlé

Par son geste traître

Elle nous a déglingués

 

Elle a ouvert sa boîte

Elle veut nous faire souffrir

Elle aime que tout éclate

Voulant nous faire périr

 

Corona est sorti

Mais reste l’espérance

Qui est encore blottie

Juste par méfiance

 

Elle surgira bientôt

Portant la délivrance

Sur un brillant plateau

Pour prendre sa revanche

 

Brahim B.

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

56 vues
Brahim Boumedien

Brahim Boumedien (279)

- Diplômé de l'Ecole Normale Nationale d'El-Harrach - Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle) - Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d'Expression - Ancien professeur à l'ENNET - Ancien directeur de collège. S'occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l'analphabétisme, en particulier)
Site Web : http://pedagotec.e-monsite.com

S'abonner
Me notifier pour :
guest
10 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Loup Zen
Membre
2 avril 2020 6 h 46 min

Belle mise en boite….a savoir quel est l’apprenti sorcier qui a bien pu manipuler l’ouvre boite.
Merci

Simone Gibert
Membre
1 avril 2020 17 h 57 min

Merci vraiment Brahim, pour le partage de ce texte généreux et plein d’espoir !

Anne Teste
Membre
1 avril 2020 16 h 40 min

L’ espérance de ce poème nous met du baume au coeur , que de boites ouvertes si difficiles à fermer ensuite …

Invité
1 avril 2020 13 h 35 min

“Femme, qui porte le Péché Originel et tout le poids des armures,
Pandora, aux secrets bien gardés, dans un écrin de souvenirs,
Qui est fautif, sinon l’Homme, de ces maux jetés en pâture,
Quand il n’a pas le courage et la bravoure, pour tenter de l’ouvrir.”

Christian Satgé
Membre
1 avril 2020 9 h 56 min

Il est des boîtes que l’on aimerait ne voir jamais ouvertes… Bravo et merci pour ta générosité à nous faire partager, en ces moments où l’on est par trop confinés, chacun chez soi et sur son quant-à-soi, ton talent.